Animaux - Les éléphantes du Zoo de Bâle retrouvent un mâle
Publié

AnimauxLes éléphantes du Zoo de Bâle retrouvent un mâle

Privées de reproducteur depuis octobre, les trois femelles viennent d’accueillir Tusker, un imposant pachyderme de plus de 6 tonnes.

par
Michel Pralong
1 / 5
Tusker a eu treize éléphanteaux au zoo de Wuppertal (D).

Tusker a eu treize éléphanteaux au zoo de Wuppertal (D).

Zoo de Bâle
Il est âgé de 29 ans.

Il est âgé de 29 ans.

Zoo de Bâle
Il pèse une tonne de plus que son prédécesseur.

Il pèse une tonne de plus que son prédécesseur.

Zoo de Bâle

Mercredi 7 avril, le Zoo de Bâle a reçu un nouvel hôte de poids: un éléphant mâle de 29 ans, nommé Tusker. On fonde de grands espoirs sur lui pour assurer une descendance. En octobre dernier, le mâle Jack, arrivé à Bâle en 2017, est retourné dans son zoo de Sóstó, en Hongrie.

Depuis, les trois femelles Heri, Rosy et Maya vivent sans mâle. Avec le majestueux Tusker, qui pèse 6160 kilos, elles héritent d’un éléphant qui pèse une tonne de plus que son prédécesseur.

Tusker a vécu aux Pays-Bas, à l’Ouwehands Dierenpark à Rhenen pendant les deux dernières années. Un gardien du Zoo de Bâle y a passé quatre jours et a découvert en détail les particularités de Tusker et les soins qui lui sont prodigués. Le matin du 7 avril, l’éléphant a quitté Rhenen et, 675 kilomètres et dix heures plus tard, il est arrivé sans encombre à Bâle. La soignante néerlandaise de Tusker a voyagé avec lui. Cela lui permettra de s’habituer plus facilement au zoo durant les premiers jours.

Un grand reproducteur

Tusker est né en Afrique du Sud en 1992 et est arrivé au zoo de Wuppertal (D) en 1995. Là, il est devenu l’un des mâles reproducteurs les plus prolifiques d’Europe. Treize éléphanteaux de quatre mères différentes ont grandi dans ce zoo. En 2019, Tusker a déménagé à Rhenen, où il a trouvé une situation similaire à celle qui l’attend à Bâle: trois femelles d’un âge avancé qui ne se sont jamais reproduites (malgré la présence de Jack à Bâle). À Rhenen, il a couvert les trois femelles.

«Le taux de natalité des éléphants d’Afrique dans les zoos européens est faible. Il est donc important que les mâles expérimentés tels que Tusker aient la possibilité de se reproduire dans d’autres zoos», communique le zoo. Après Bâle, il devrait ensuite se rendre dans un zoo espagnol.

Les femelles vivent en groupe

Dans la nature également, les mâles solitaires rejoignent les troupeaux de femelles pendant la saison des amours. Les femelles, quant à elles, restent à vie dans leur groupe de naissance, qui est dirigé par une éléphante âgée expérimentée et se compose donc de mères avec filles, sœurs, nièces et petites-filles.

Les jeunes mâles quittent le groupe vers l’âge de six à dix ans et vivent désormais seuls ou en petits groupes avec des frères ou des demi-frères. Ce n’est que lorsqu’ils sont assez âgés et qu’ils ont atteint une certaine taille qu’ils rejoignent temporairement des groupes de femelles. Dès qu’un mâle a couvert toutes les éléphantes prêtes à s’accoupler, il quitte à nouveau le groupe pour partir à la recherche d’un autre.

Ton opinion

18 commentaires