Berne: «Les éléphants n'ont rien à faire dans un cirque»
Actualisé

Berne«Les éléphants n'ont rien à faire dans un cirque»

Une association veut bannir les animaux sauvages des cirques en Suisse. La Grande-Bretagne, qui a voté une interdiction allant dans ce sens la semaine passée, devrait servir d'exemple.

par
Lorenz Hanselmann/Olivia Fuchs
Voici le cirque Knie au cours de leur répétition générale le 21 mars 2013.

Voici le cirque Knie au cours de leur répétition générale le 21 mars 2013.

«C'est prouvé scientifiquement que les éléphants, les tigres et autres animaux sauvages n'ont rien à faire dans des cirques. En voyage, ils passent de longs moments dans des cages», dénonce Thomas Pietsch, expert en animaux sauvages auprès de l'association Quatre pattes. Celle-ci exige une interdiction de ces bêtes dans les cirques en Suisse.

L'Europe discute

La Grande-Bretagne devrait servir d'exemple. Selon un projet de loi publié la semaine dernière par le ministère de l'Agriculture, une interdiction allant dans ce sens devrait entrer en application en décembre 2015. Le texte définit les animaux sauvages comme «appartenant à une espèce qui n'est pas normalement domestiquée en Grande-Bretagne». Dans un communiqué, Quatre pattes souligne qu'une dizaine de pays européens ont déjà introduit une loi similaire ou sont en train d'en discuter.

«C'est inutile»

«Ces bêtes développent des troubles du mouvement, sont dans un état de santé inquiétant ou meurent prématurément», affirme Thomas Pietsch. Mais pour Oliver Skreining, directeur du cirque Royal, une telle interdiction n'est pas envisageable: «C'est complètement inutile. C'est tout à fait possible de bien s'occuper d'un éléphant. Il faudrait déjà commencer à mieux contrôler les privés qui détiennent des animaux. L'année dernière, on nous a contrôlé 48 fois.» Mercredi, le cirque Knie n'a pas pu être joint pour une prise de position.

Pas d'interdiction en vue

Pour la Protection suisse des animaux, le fait de bannir complètement ces bêtes des cirques va trop loin: «Nous n'exigeons pas d'interdiction, mais des standards minimums pour tous les animaux. Mais j'avoue que nous n'avons pas beaucoup de problèmes dans les cirques suisses», affirme la porte-parole, Sara Wehrli. Même son de cloche auprès l'Office vétérinaire fédéral: «Les conditions pour obtenir une autorisation de détention pour animaux sauvages dans les cirques sont déjà assez strictes», confirme leur porte-parole Regula Kennel.

Ton opinion