13.08.2020 à 15:12

GenèveLes élèves du Cycle ont plus redoublé que d’ordinaire

L’année scolaire tronquée par l’épidémie de coronavirus a desservi certains adolescents du cycle d’orientation, mais a plutôt été favorable à leurs aînés.

de
Jérôme Faas
Certains élèves du Cycle d’orientation auraient sans doute dû cravacher dès le début de l’année.

Certains élèves du Cycle d’orientation auraient sans doute dû cravacher dès le début de l’année.

VQH/ Jean-Paul Guinnard

L’épidémie de Covid-19 a produit des effets contrastés sur les résultats scolaires des adolescents. Le taux d’échec au Cycle d’orientation s’est en effet révélé un peu supérieur à celui des années précédentes. Seuls les résultats des deux premiers trimestres (c’est-à-dire ceux effectués en classe) ayant été pris en compte, la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta s’est demandé si certains élèves de cet âge n’avaient pas pour (mauvaise) habitude de mettre un coup de collier en fin d’année si leurs notes étaient limites, un dernier sprint dont ils ont été privés cette année. «C’est une leçon que peut-être les élèves tireront, a commenté l’élue: on a toujours avantage à travailler dès le début de l’année.»

Dans le détail, les taux de non-promotion en 2019-2020 se sont élevés à 17,21% en 9P, 18,71% en 10P et 17,75% en 11P. Il s’agit de pourcentages environ 2% plus élevés que ceux des trois années précédentes (15,68%, 16,52% et 15,47% en 2016-2017; 15,75%, 15,31% et 15,87% en 2017-2018; 15,83%, 15,65% et 13,52% en 2018-2019). Il est cependant à noter que 396 élèves du Cycle d’orientation ont bénéficié d’une dérogation cette année, une possibilité qui n’existait jusqu’alors pas, et qui a été introduite spécialement en raison des bouleversements dus à l’épidémie.

CFC et matus, il y a du mieux

Cette dernière a, en revanche, profité aux adolescents plus âgés. Par rapport à l’année précédente, le taux de réussite aux certifications a ainsi progressé, en particulier en CFC et AFC à plein-temps, qui ont été obtenu par 93,12% des candidats, soit une nette amélioration par rapport aux 85,6% de 2019. La tendance est identique à l’ECG – avec 83,4% de certificats délivrés par rapport à 73% en 2019 - et au collège, où 97% des élèves de quatrième ont obtenu leur maturité, contre 95,2% en 2019.

Le boum des matus pro

Les jeunes gens qui ont obtenu leur CFC cette année ont anticipé l’effet négatif de la crise sanitaire sur l’emploi. Plusieurs d’entre eux ont choisi de poursuivre leur formation par une maturité professionnelle plutôt que de se lancer sur le marché de l’emploi. «Cela veut dire qu’il y a des apprentis qui, en temps normal, seraient partis, mais qui, vu la situation économique, par prudence, ont choisi d’ajouter une corde à leur arc» et de retarder le grand saut dans le monde du travail, a analysé Anne Emery-Torracinta. En chiffres, cela se traduit par 183 élèves supplémentaires en matu pro commerciale (+76% par rapport à l’an passé) et 31 de plus en matu pro hors commerce (un tiers de plus).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
103 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Kimp

14.08.2020 à 16:54

Et voilà. Le 100e commentaire, c'est le mien !

Beurk

14.08.2020 à 07:51

Une bonne partie des élèves du Cycle manque tout simplement d'éducation, ils semblerait aussi que leurs parents n'ont pas n'ont plus, ils ignorent même l'usage des poubelles, il suffit de constater l'état des chemins qui mènent au cycle du Renard : propres durant les vacances mais jonchées de papiers d'emballages, de canettes, de boites en carton, de fast foods, de paquets de cigarettes, briquets, mégots, etc. durant la période dite scolaire.... sans compter les jets de chariots du centre commercial, de vélos etc. du haut de la passerelle qui relie Le Lignon à Aïre, les feux de paperasses, les dégâts aux arbres (arrachage de branches, destruction de roseaux) Une promenade dans le quartier ne fera que confirmer mes propos...

Lecteur

14.08.2020 à 06:52

Bonjour Bon courage les élèves. Cordialement Mustapha Ghazzal