Instruction civique: Les élèves se mettent dans la peau de politiciens
Actualisé

Instruction civiqueLes élèves se mettent dans la peau de politiciens

Une centaine d'élèves suisses découvrent dès lundi et pendant une semaine les rouages de la politique fédérale. Dépôt fictif d'initiative et débat figurent au programme.

Les cinq classes participant à ce projet-pilote d'instruction civique proviennent de Sion (VS), Bellinzone (TI), Gais (AR), Möhlin (AG) et Baar (ZH). Elles ont été accueillies lundi par la chancelière Corina Casanova, indique un communiqué de l'Association «Ecoles à Berne».

Chacune des classes a élaboré une initiative populaire et collecté 100 signatures. Portant sur le sport à l'école, douze dimanches par an sans voiture, des chemins de fer gratuits pour les jeunes, la protection de l'eau potable et un service militaire facultatif, elles seront déposées mardi à la Chancellerie fédérale.

Les élèves ont ainsi l'occasion de «vivre la politique de l'intérieur», en suivant le parcours politique d'une initiative, de la collecte des signatures jusqu'au débat au Conseil national. Ce dernier aura lieu jeudi en présence de l'ancienne conseillère fédérale Ruth Dreifuss qui assumera la fonction de représentante du gouvernement.

Dans la peau d'un politicien

Les jeux de rôle sont l'un des éléments essentiels du projet, précise le communiqué. En se glissant dans la peau d'un représentant de parti, député ou membre d'une commission, les jeunes devront défendre leurs positions. Certains élèves assumeront le rôle de journaliste et les résultats du groupe médias seront publiés en direct dans un journal web.

Avant de venir à Berne, les jeunes inscrits à ce projet-pilote ont passé quelques semaines à étudier le système politique suisse. Un manuel en trois langues a été conçu spécialement pour ce projet. Il est destiné à devenir un ouvrage de référence pour l'enseignement de l'éducation civique dans les écoles secondaires suisses de degré un.

Dès 2010, le projet sera reconduit à raison de trois semaines au printemps et trois semaines en automne. Il est mené par l'ancienne conseillère d'Etat bernoise Dora Andres. Outre le soutien de plusieurs fondations, il est subventionné par plusieurs cantons.

(ats)

Ton opinion