Actualisé 30.06.2020 à 17:55

Canton de Vaud

Les élus octroient 11 millions au rail avec enthousiasme

Les députés ont approuvé mardi les idées du gouvernement pour renforcer les liaisons ferroviaires vaudoises. Une gare à l’EPFL pourrait même être au menu.

La stratégie gouvernementale développée mardi concerne des projets pour les années 2045-2050. Une liaison souterraine entre Lausanne (photo) et Morges pourrait faire partie des plans.

La stratégie gouvernementale développée mardi concerne des projets pour les années 2045-2050. Une liaison souterraine entre Lausanne (photo) et Morges pourrait faire partie des plans.

KEYSTONE

Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi à l'unanimité un crédit de 11 millions pour financer les études en vue de la stratégie 2050 du Conseil d'Etat en matière de rail. Il a également dit oui à une détermination demandant d'étudier l'option d'une ligne souterraine entre Morges et Lausanne, avec une gare à l'EPFL.

Les députés ont soutenu avec enthousiasme le projet du gouvernement. Parmi ses pistes de réflexion prioritaires figurent la diminution du temps de parcours entre Berne et Lausanne, une nouvelle ligne à destination de Genève, une baisse des temps de parcours entre la Broye et Lausanne et une optimisation de la desserte du Chablais.

Il s'agit aussi de renforcer la place du canton sur la carte suisse et européenne du rail, ainsi que de réfléchir à la modernisation de l’ensemble du réseau ferroviaire vaudois

Des millions censés attirer des milliards

«La planification de l'Office fédéral des transports nous oblige à déposer les projets pour 2045-2050 d'ici à 2022», a rappelé la présidente du Conseil d'Etat, Nuria Gorrite. Elle s'est réjouie de l'accueil du projet par les députés. La compétition entre les cantons est féroce, notamment avec les métropoles que sont Zurich, Bâle et Lucerne. Avec ces onze millions, Vaud espère lever plusieurs milliards, a-t-elle relevé.

Après la réponse apportée par le Conseil d'Etat à une interpellation sur le sujet, le député PLR Stéphane Masson a proposé au Grand Conseil d'adopter une détermination qui propose de réfléchir à une nouvelle ligne souterraine entre Lausanne et Morges, avec une gare à l'EPFL. Une étude, menée en 2014, avait démontré que rien ne s'y opposait, sinon les obstacles financiers, a-t-il déclaré.

Il s'agirait de faciliter la vie aux 40'000 personnes qui travaillent dans le secteur de l'EPFL. «Je vois mal comment la Confédération refuserait son aide, a-t-il ajouté.

Important noeud à Renens

Pour Nuria Gorrite, l'insertion d'une gare à l'EPFL n'est pas exclue. «Nous allons l'étudier de toute façon, mais nous ne ferons rien qui déstabiliserait le noeud ferroviaire de Renens, situé à un kilomètre de là et qui constitue un axe structurant pour le pays», a-t-elle relevé.

L'enjeu principal consiste à rester dans le réseau grandes lignes, avec la diminution du temps de parcours entre Lausanne et Berne et la nouvelle ligne Lausanne-Genève, a-t-elle toutefois averti. Au vote, la détermination a été acceptée par 83 oui, 8 non et 12 abstentions.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
33 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marcel

01.07.2020 à 09:58

Comme d'hab ! Tout pour Lausanne. Le reste du canton en diligence

xena

01.07.2020 à 09:40

tout est pensé profits. et les routes on en parlent. mauvais état général pas sécurisant et pour causes nids de poule, chaussées défoncées, etc ce serai le moment d agir et de voter les fonds nécessaires on paie pour rien avoir. une automobiliste vénère

Ange 1 et Démon 0

01.07.2020 à 09:25

Très bon investissement ,10 millions pour les syndicats des cheminots et 1 millions pour le repas de fin d' année