Cardinal quitte Fribourg: Les employés présentent leurs solutions
Actualisé

Cardinal quitte FribourgLes employés présentent leurs solutions

Au terme d'une assemblée du personnel, les employés de la brasserie du Cardinal ont formulé vendredi leurs solutions pour maintenir le site fribourgeois.

Les employés de Cardinal ont défini vendredi quatre pistes de propositions pour l'avenir du site de Fribourg que Feldschlösschen compte fermer. Une manifestation de soutien aura lieu samedi à 13h devant les locaux, alors que la mobilisation s'intensifie sur Facebook.

Vendredi matin en assemblée, les salariés de Cardinal, la commission du personnel et le syndicat Unia ont tout d'abord accueilli positivement l'ouverture du délai de consultation jusqu'au 23 septembre, a indiqué Armand Jaquier, secrétaire régional d'Unia Fribourg, devant la presse réunie dans les locaux de la brasserie fribourgeoise.

Parmi les quatre pistes de proposition qu'ils ont dégagées pour l'avenir du site, la première et plus importante à leurs yeux est la poursuite à Fribourg de la production de spécialités et autres boissons particulières.

Deuxième piste, les collaborateurs et Unia imaginent renforcer le pôle de distribution et de logistique, dans le but de faire de Fribourg la centrale pour la Suisse romande, a expliqué Xavier Ganioz, représentant d'Unia.

Pas de boycott

Troisième possibilité, Fribourg pourrait devenir le centre exclusif regroupant le matériel publicitaire de Cardinal pour la Suisse romande. Enfin, le site pourrait s'ouvrir à la sous-traitance pour des tiers ou accueillir directement la production de tiers.

Par ailleurs, le personnel s'est opposé pour l'heure à toute idée de boycott. Les collaborateurs ont en revanche choisi de se joindre à la manifestation qui se tiendra samedi. «Les négociations n'ayant pas encore commencé, il s'agit d'une première manifestation», a souligné Armand Jaquier.

Mobilisation sur Facebook

«La population aimerait qu'on agisse», a déclaré René Fragnière, président de la commission des ouvriers de Cardinal, à propos des différents apppels à la mobilisation lancés tous azimuts ces derniers jours. «Aujourd'hui, les collègues sont déterminés, mais on ne peut pas en si peu de temps faire une grande manifestation», a-t- il tempéré.

En attendant le rassemblement de samedi, la mobilisation virtuelle gagne elle toujours plus d'ampleur sur les résaux sociaux. Le groupe de soutien Facebook nommé «Sauvons Cardinal/Rettet Cardinal» franchissait le cap des 20'000 membres vendredi en milieu d'après-midi.

Sur la question des entretiens personnels organisés par la direction de Feldschlösschen avec les employés touchés, Armand Jaquier a affirmé qu'ils n'avaient été que la répétition des propos tenus en conférence de presse lors de l'annonce de la fermeture du site. «Aucune autre proposition, de contrat ou autre, n'a été formulée», selon lui. (ap)

Ton opinion