Valais: Pour ou contre une aide à la fin de vie dans tous les EMS?

Publié

ValaisPour ou contre une aide à la fin de vie dans tous les EMS?

La votation cantonale organisée le 27 novembre portera notamment sur le suicide assisté en institution. 

par
Pauline Rumpf
Le débat est très émotionnel, en Valais et ailleurs. 

Le débat est très émotionnel, en Valais et ailleurs. 

TDG (image prétexte)

Seule la moitié des EMS valaisans acceptent qu’un pensionnaire fasse appel à un service d’aide à la fin de vie dans ses murs, rappelait ce printemps la RTS. Or, selon un avis de droit commandé par le Grand Conseil, chacun doit avoir le droit de choisir les modalités de sa mort. Un projet de loi demande donc que chaque institution bénéficiant d’argent public soit tenue, non pas de prodiguer elle-même l’aide au suicide, mais d’accepter qu’elle ait lieu en ses murs, par exemple via Exit. 

Très émotionnelle, la proposition a été volontairement soumise aux urnes par le Grand Conseil. Un comité interparti s’est annoncé pour défendre le libre choix du patient en fin de vie, même lorsqu’il est en institution ; actuellement une discrimination subsiste selon les défenseurs de la loi  par rapport aux personnes toujours à domicile, qui disposent déjà de ce droit. Le camp du oui rassemble des représentants de tous bords politiques, à savoir le PLR, l’UDC, le PS, les Verts ou encore le Centre, rapporte «Le Nouvelliste».

Au Parlement, c’était notamment l’UDC et les représentants du Haut Valais qui s’étaient opposés au texte. Désormais, le camp du non est défendu par un comité baptisé «Pro Liberty», mené par l’ancien conseiller d’Etat du Centre Jean-René Fournier et secondé par l’ancien président de la faîtière des EMS. Pour eux, cite le quotidien valaisan, les institutions «doivent être les seules habilitées à accepter ou refuser l’acte qui mène au décès». Ils appellent aussi à respecter la différence culturelle entre le haut et le bas du canton.

Le scrutin se tiendra le 27 novembre en Valais. Les cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel suivent déjà le régime permettant une aide au suicide en institution.

Allocations familiales 

Ton opinion