Rentrée scolaire: Les enseignants genevois réclament davantage de moyens
Actualisé

Rentrée scolaireLes enseignants genevois réclament davantage de moyens

Les effectifs augmentent dans les écoles genevoises, mais les moyens d'encadrement diminuent, déplore la Fédération des enseignants genevois (FEG).

Cet écart croissant conduit à la péjoration des conditions d'enseignement.

Les effectifs ont explosé ces dernières années, notamment dans le post-obligatoire avec 21 859 élèves en 2008 contre 17 176 en 2000, a relevé jeudi Olivier Baud de la FEG. Or le Département de l'instruction publique n'a jamais pris les mesures nécessaires. Au contraire, son budget diminue (-60 millions en 2008).

La FEG ne demande pas de miracles, mais un signe qu'on investit dans l'enseignement public. Selon son communiqué, le canton occupe toujours l'une des dernières places en Suisse pour la part des dépenses publiques consacrées à l'éducation et le coût par élève continue de baisser.

D'ores et déjà 15 % des petits Genevois fréquentent une école privée au niveau obligatoire, ce qui est énorme, a relevé M. Baud. Pour les trois niveaux d'enseignement, les enseignants ont concrètement de plus en plus de mal à assurer leur mission, c'est-à- dire d'encadrer les élèves, en particulier ceux en difficulté.

La FEG attend des améliorations pour le budget 2009. Ce n'est pas le moment de donner un signe négatif alors que des initiatives comme le chèque scolaire ou le libre choix de l'école menacent l'école publique de démantèlement, souligne-t-elle.

(ats)

Ton opinion