Suisse: Les entreprises peinent à trouver du personnel qualifié
Actualisé

SuisseLes entreprises peinent à trouver du personnel qualifié

Les perles rares du marché du travail sont de plus en plus difficiles à trouver, selon une nouvelle étude.

Quelque 70% des sociétés interrogées constatent peiner à pourvoir des postes spécialisés. (Image d'illustration, 22 février 2005)

Quelque 70% des sociétés interrogées constatent peiner à pourvoir des postes spécialisés. (Image d'illustration, 22 février 2005)

photo: Keystone

La quête de personnel qualifié constitue toujours un défi pour les entreprises suisses. Selon une étude, plus des deux tiers d'entre elles (68%) rencontrent des difficultés à trouver les perles rares sur le marché du travail.

Quelque 70% des sociétés interrogées constatent notamment peiner à pourvoir des postes nécessitant une spécialisation particulière, a indiqué mercredi le cabinet de recrutement Robert Walters dans une étude réalisée en Suisse. Autre défi, dans 36% des cas, elles sont confrontées à des prétentions salariales élevées.

D'une manière générale, la recherche de personnel qualifié est devenue une affaire marquée du sceau d'une concurrence intense entre les entreprises, notent les auteurs de l'étude. Et la situation tend à devenir toujours plus difficile quand il s'agit de tenir des délais et de répondre aux attentes des clients.

Pour 22% des firmes interrogées, ces difficultés ont pu conduire à une diminution de la productivité. Les problèmes de recrutement entraînent par ricochet une surcharge de travail pour le personnel déjà actif au sein des entreprises, selon le cabinet Robert Walters.

Maîtrise de l'allemand

Dans le prolongement, il a été constaté que, dans 36% des cas, le phénomène pesait sur le moral des collaborateurs et que, dans 14%, il provoquait une augmentation du taux de fluctuation du personnel.

Enfin, à un niveau plus régional et linguistique, il apparaît que la moitié des sociétés sondées (en moyenne nationale) relèvent la difficulté à recruter des employés maîtrisant bien l'allemand. L'étude de Robert Walters a été réalisée auprès de 150 entreprises, un mélange de PME familiales et de groupes internationaux. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion