Plus de 15 jours de retard en moyenne: Les entreprises suisses paient de plus en plus tard
Actualisé

Plus de 15 jours de retard en moyenneLes entreprises suisses paient de plus en plus tard

La morale de paiement des entreprises suisses n'a jamais été aussi mauvaise qu'en novembre.

En moyenne, elles ont payé leurs factures avec un retard de 17,3 jours par rapport à la date d'échéance, une valeur record selon la société Dun & Bradstreet.

Le phénomène traduit des difficultés de trésorerie et un manque de liquidités, a indiqué le cabinet spécialisé en publiant vendredi sa dernière étude. La dégradation affecte tout particulièrement les petites et moyennes entreprises (PME). Il y a un an, le retard moyen dans les paiements atteignait «seulement» 11,6 jours.

Dun & Bradstreet (D&B) ne voit aucune amélioration en vue. Elle prévoit même un nouveau record en décembre, avec 18 jours de retard. Les délais devraient encore s'accroître au premier trimestre 2009.

Risque d'effet de dominos

Selon D&B, les entreprises recourant à des crédits fournisseurs (le vendeur accorde un crédit à l'acheteur pour qu'il puisse disposer de la marchandise) va encore augmenter. Conséquence: des entreprises devront attendre encore plus longtemps d'être payées tout en se retrouvant dans le rôle de banques pour leurs clients.

Les analystes de D&B rappellent que cette évolution est risquée: par un effet de dominos, les pertes pourraient prendre l'ascenseur.

Suisse centrale peu exportatrice

L'analyse de la répartition géographique des mauvais payeurs montre que les entreprises de Suisse centrale continuent à être celles qui règlent leurs factures le plus rapidement. Le nord-ouest, l'est de la Suisse et Zurich ont attendu plus longtemps qu'auparavant pour payer.

Mais ces régions comptent de nombreuses PME actives dans l'exportation. Or celles-ci subissent la chute de la demande et le franc fort plus durement que les sociétés actives à l'intérieur du pays.

Tessinois les plus mauvais payeurs

La lanterne rouge va aux entreprises romandes et tessinoises. Ces dernières payent avec en moyenne 27,6 jours de retard. Elles courent aussi le plus grand risque de faire faillite ces 12 prochains mois.

Dans les cantons de Vaud et de Genève, le retard moyen est de 20 jours. Les entreprises du commerce individuel et de l'artisanat sont les principales responsables de ce résultat, écrit D&B.

Quant à l'analyse par branche, elle montre que trois secteurs ont amélioré leur morale de paiement: les prestataires en informatique, les conseillers fiscaux et le commerce individuel, ce dernier secteur grâce à une consommation privée soutenue jusqu'ici.

Transports et hôtellerie menacés

Dans les 18 autres branches, les retards de paiement se sont accrus. Les entreprises de transports, l'industrie du bois et de l'ameublement semblent rencontrer les plus grandes difficultés. Ils payent leur dû plus de dix jours plus tard qu'à la même époque de 2007.

Les risques de faillite touchent cependant surtout le transport et la restauration-hôtellerie, poursuit D&B. Au total, 5,112 millions de factures pour un montant total de 8,2 milliards de francs ont été analysées.

(ats)

Ton opinion