Actualisé 24.11.2008 à 16:16

Risques liés au changement climatique

Les entreprises suisses s'en disent conscientes

Les grandes entreprises suisses sont conscientes des risques liés au changement climatique.

Si plusieurs y voient une chance à saisir, elles ne sont que neuf sur 50 à avoir défini des objectifs concrets en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Sur ces cinquante sociétés cotées à la Bourse suisse, 23 ont adopté un plan de réduction des émisssions de CO2, révèle une enquête réalisée par la Fondation Ethos avec la banque privée genevoise Pictet & Cie et présentée lundi à Zurich. Il n'en reste pas moins que la quasi-totalité des 33 firmes ayant répondu au sondage sont conscientes des risques liés au changement climatique.

Si les entreprises ne placent pas parmi leurs priorités les effets directs du changement climatique, la moitié se soucient davantage des risques relevant de réglementations tels que d'éventuelles hausses de taxes sur les émissions de CO2 ou encore l'introduction de limites plus sévères sur les rejets polluants. Elles craignent aussi les dangers que pourrait courir leur réputation.

Parmi les autres sujets de craintes figurent les hausses des prix des matières premières et des services externes. Quant aux opportunités liées au changement climatique, elles résident dans l'amélioration de l'efficience énergétique, entre autres.

Intérêt des investisseurs

Dans le cadre de l'enquête, 21 compagnies ont indiqué avoir investi ou entendent le faire dans des produits et des services permettant de minimiser les émissions d'oxyde de carbone. Au total 26 sociétés communiquent sur leurs émissions directes de CO2, 22 rapportant même leur impact indirect.

«L'investisseur a un intérêt matériel direct à intégrer dans sa stratégie de placement les risques et les opportunités du changement climatique», a relevé devant la presse Dominique Biedermann, le directeur de la Fondation Ethos. Le changement climatique ne doit pas mettre en péril la croissance économique.

Les investisseurs doivent en conséquence faire preuve de responsabilité et le cas échéant, exercer une pression, a poursuivi le directeur de la fondation genevoise. Seule une douzaine de groupes, dont les deux grandes banques Credit Suisse et UBS, le cimentier Holcim et les géants de la pharmacie Roche et Novartis, ont livré des réponses jugées adéquates.

L'enquête a consisté à comparer les engagements des entreprises en matière de protection du climat et leurs émissions effectives de gaz à effet de serre. Les entreprises de taille plus modeste qui ont également été interrogées se montrent en revanche nettement moins sensibilisées aux questions climatiques.

L'étude sera à nouveau réalisée l'an prochain auprès des 100 plus grandes sociétés helvétiques. M. Biedermann a appelé les entreprises fortement concernées par la thématique du changement climatique à participer à l'enquête, citant par exemple, l'Aéroport de Zurich, le groupe énergétique FMB, le fabricant de spécialités chimiques Ems-Chemie ou encore le groupe de logistique et de transports Kühne & Nagel.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!