Actualisé

Crise financière«Les épargnes sont sûres dans les banques suisses»

La crise qui secoue le monde financier fait des vagues jusqu'en Suisse. Parmi les petits épargnants, la question de la sécurité des établissements bancaires se pose.

par
Didier Bender

La crise américaine touchera la Suisse, d'une manière ou d'une autre. Alors que les petits épargnants sont inquiets, les autorités suisses et le milieu bancaire se veulent rassurants.

«Nous n'avons pas d'inquiétude car il n'y a pas une crise bancaire en Suisse», affirme Thomas Sutter, responsable média à l'Association suisse des banquiers. «Les épargnes sont sûres dans les banques suisses parce qu'elles ont capitalisé très haut. En cas de danger, la Commission fédérale des banques peut prendre des mesures. C'est un pilier de la garantie des dépôts.»

Malgré ces messages, près de 12 milliards de francs ont été retirés des coffres d'UBS, entre janvier et juin 2008, par de clients domiciliés en Suisse, comme le révélait Le Temps du 17 septembre dernier. «Nous avons observé des mouvements d'épargne», confirme Thomas Sutter. «C'est normal. Quand les gens ont peur, ils sont plus actifs et font davantage de transactions interbancaires.»

Les banques cantonales en profitent

Principales bénéficiaires de ces mouvements d'argent au premier semestre 2008: les banques cantonales, couvertes par la garantie de l'Etat ainsi que des établissements à taille humaine et de proximité comme le groupe Raiffeisen, troisième groupe bancaire de Suisse. Du côté des banques cantonales, entre 20 à 30 milliards de francs provenant de transferts (comptes d'épargne, d'obligations ou autres) ont été enregistrés a relevé il y a peu l'Union des banques cantonales suisses (UBCS) dans une estimation. Le groupe Raiffeisen a pour sa part récolté autant d'argent frais au premier semestre 2008 que pour tout l'exercice 2007.

«Il y a un certain nombre de garde-fou dans le système coopératif, par exemple une politique de crédit contre garantie très prudente, pour limiter les risques», explique Philippe Thévoz, conseiller communication chez Raiffeisen Suisse pour rassurer les épargnants.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!