Education sexuelle: Les Etats devraient aussi rejeter l'initiative

Actualisé

Education sexuelleLes Etats devraient aussi rejeter l'initiative

Balayée par le Conseil national en mars, l'initiative populaire contre l'éducation sexuelle à l'école ne devrait pas trouver grâce non plus aux yeux du Conseil des Etats.

La commission de l'éducation du Conseil des Etats recommande sans opposition de rejeter le texte. Un seul membre de la commission s'est abstenu, ont indiqué vendredi les services du Parlement. Selon la commission, l'initiative «Protection contre la sexualisation à l'école maternelle et à l'école primaire» posera des difficultés de mise en oeuvre et porte atteinte à l'autonomie des cantons en matière d'éducation.

Les cours d'éducation sexuelle qui sont dispensés à l'école obligatoire permettent aux jeunes de se prémunir efficacement contre les agressions sexuelles, les grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles, argumente encore la commission.

Issue de la droite conservatrice, l'initiative vise à interdire l'éducation sexuelle pour les enfants de moins de 9 ans et à la rendre facultative pour ceux de 9 à 12 ans. Seul un cours destiné à la prévention des abus pourrait être dispensé à partir de l'école maternelle.

Un enseignement obligatoire ne pourrait être proposé que pour des enfants de 12 ans et plus, et dans le cadre d'un cours de biologie. Il devrait être destiné à la «transmission de savoirs sur la reproduction et le développement humains». Tout enseignement qui dépasse ce cadre devrait être facultatif. (ats)

Ton opinion