Soudan: Les Etats-Unis envoient un énorme convoi alimentaire

Actualisé

SoudanLes Etats-Unis envoient un énorme convoi alimentaire

Près de 50'000 tonnes de nourriture envoyées par les Etats-Unis sont arrivées mardi au Soudan, pays frappé par des années de violences, a annoncé le programme alimentaire mondial (PAM).

L'énorme vaisseau était amarré à Port-Soudan, sur la côte soudanaise de la Mer Rouge mardi.

L'énorme vaisseau était amarré à Port-Soudan, sur la côte soudanaise de la Mer Rouge mardi.

«Le vaisseau américain Liberty Grace a accosté à Port-Soudan avec 47'500 tonnes de sorgho, un aliment de base au Soudan», selon un communiqué du PAM.

Cette aide, en provenance de l'Agence américaine pour le Développement international aidera «les communautés affectées par le conflit et d'autres groupes vulnérables et en état d'insécurité alimentaire», ajoute le PAM.

L'énorme vaisseau était amarré à Port-Soudan, sur la côte soudanaise de la Mer Rouge mardi, et des dizaines de dockers déchargeaient les sacs sur des camions, a constaté un correspondant de l'AFP.

La chargée d'Affaires américaines à Khartoum, Jerry Lanier, s'est rendue sur place avec une délégation pour voir l'arrivée du bateau.

Depuis Port Soudan, le PAM va disséminer le sorgho à travers le pays, et plus particulièrement dans la région du Darfour, en proie aux violences depuis plus de 10 ans.

Insécurité alimentaire

Le conflit est né en 2003 quand des rebelles ont pris les armes pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme une domination des élites arabes du gouvernement du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis un coup d'Etat en 1989.

Depuis, le conflit a fait 300'000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

Quelque 4,4 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire à différents niveaux, toujours selon les Nations unies.

Au conflit ethnique s'ajoutent désormais des violences liées à la répartition des terres et des ressources, qui accentuent encore l'instabilité de la région.

Omar el-Béchir, réélu en avril, est réclamé par la Cour pénale internationale pour crime de guerre au Darfour. (afp)

Ton opinion