22.11.2020 à 22:11

CoronavirusToronto «confinée», les USA veulent vacciner massivement

Une campagne de vaccination contre le Covid-19 pourrait démarrer dès le 11 décembre si les scientifiques de l’Agence américaine des médicaments donnent leur approbation. Au Canada, la ville de Toronto est soumise à un confinement.

Près de 20 millions de personnes pourraient être vaccinées aux États-Unis d’ici à la fin de l’année 2020.

Près de 20 millions de personnes pourraient être vaccinées aux États-Unis d’ici à la fin de l’année 2020.

KEYSTONE

La plus grande ville du Canada, Toronto, est soumise à partir de lundi à un «confinement» face à la flambée de la pandémie de Covid-19, laquelle frappe encore plus durement les États-Unis voisins où les autorités espèrent lancer avant la mi-décembre une campagne massive de vaccination.

Toronto et une grande partie de sa banlieue «seront placées en confinement» pour au moins 28 jours à partir de lundi à 00 h 01 (06 h 01 suisses), a annoncé dimanche le Premier ministre de la province de l’Ontario, Doug Ford. Tout rassemblement privé intérieur sera interdit sous peine d’amende, les commerces non essentiels fermés, et les restaurants ne pourront pratiquer que la vente à emporter ou les livraisons à domicile. Les services religieux, funérailles et mariages seront limités à dix personnes. Mais les écoles resteront ouvertes.

«La situation est extrêmement sérieuse», a justifié Doug Ford. «Nous ne pouvons risquer de voir nos hôpitaux débordés», a-t-il ajouté, alors que la province la plus peuplée du Canada vient de franchir le cap des 100’000 contaminations.

L’épidémie a fait plus de 11’000 morts au Canada, dont le Premier ministre Justin Trudeau a exhorté vendredi ses concitoyens à «ne pas se rassembler avec des amis, ne pas fêter des anniversaires, rester virtuel, rester à la maison le plus possible».

Aux États-Unis, de loin le pays du monde le plus durement touché par l’épidémie, les autorités espèrent lancer avant la mi-décembre une campagne massive de vaccinations dans l’espoir de parvenir au printemps à l’immunité collective. Cette campagne sera lancée sitôt les premiers vaccins approuvés par l’Agence américaine des médicaments (FDA), a déclaré dimanche Moncef Slaoui, un haut responsable de l’opération gouvernementale pour les vaccins.

«Notre plan est de pouvoir transporter les vaccins vers les sites d’immunisation dans les 24 heures suivant l’approbation, donc je m’attends à ce que ce soit peut-être au deuxième jour après l’approbation, le 11 ou le 12 décembre», a déclaré Moncef Slaoui sur CNN.

Immunité collective

«Normalement, avec le niveau d’efficacité que nous avons (95%), le fait d’immuniser 70% ou presque de la population permettrait d’avoir une vraie immunité collective. Cela arrivera probablement en mai, ou quelque chose comme ça», a-t-il affirmé.

Dix mois seulement après le séquençage du nouveau coronavirus, le groupe pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont demandé vendredi à la FDA d’autoriser leur vaccin contre le Covid-19. Cette demande intervient après la publication des résultats de l’essai clinique mené depuis juillet sur 44’000 volontaires dans de multiples pays, et selon lesquels le vaccin serait efficace à 95% sans effets secondaires graves. La FDA réunira son comité consultatif sur les vaccins le 10 décembre pour étudier cette requête.

Le gouvernement américain prévoit déjà de vacciner 20 millions de personnes à risque en décembre, puis 25 à 30 millions par mois.

L’épidémie continue de progresser de façon galopante aux États-Unis, avec près de 160’000 nouvelles contaminations enregistrées dimanche au cours des dernières 24 heures, selon l’Université Johns-Hopkins. Le virus a infecté plus de 12 millions de personnes et fait près de 257’000 morts dans le pays, de loin le plus endeuillé du monde, devant le Brésil (plus de 169’000 morts).

La pandémie a fait au moins 1’381’915 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi dimanche par l’AFP à partir de sources officielles. Plus de 58’165’460 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 37’053’500 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Réouverture en Catalogne

En Europe, les confinements et autres restrictions imposés à la population dans de nombreux pays pour faire face à la deuxième vague épidémique commencent à porter leurs fruits. Ainsi en Espagne, 400 cas de Covid-19 pour 100’000 habitants sont enregistrés en moyenne depuis 14 jours, contre 530 cas au début du mois, a fait valoir le Premier ministre Pedro Sanchez. «La stratégie donne des résultats», a-t-il dit, en ajoutant que l’Espagne avait réussi à obtenir une réduction des cas sans imposer un deuxième confinement.

Dans la région espagnole de Catalogne, les bars, restaurants et cinémas rouvrent lundi, avec des capacités d’accueil limitées. Mais le couvre-feu et le bouclage partiel de la région restent en vigueur. Cette dernière mesure interdit à quiconque l’entrée en Catalogne ou la sortie de la région sans motif justifié.

Sans surprise, la pandémie a dominé les échanges du sommet virtuel du G20 ce week-end à Ryad. Les dirigeants du G20 ont promis dimanche de «ne reculer devant aucun effort» pour garantir un accès équitable aux vaccins et de s’engager à répondre «aux besoins de financement» pour leur distribution.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!