Actualisé 30.05.2009 à 15:56

Corée du NordLes Etats-Unis font voeu de fermeté face à Pyongyang

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a fermement mis en garde samedi la Corée du Nord contre la poursuite de ses activités nucléaires.

Il a assuré que Washington était prêt à réagir si Pyongyang menaçait les Etats-Unis ou leurs alliés en Asie.

»Nous n'accepterons pas une Corée du Nord dotée de l'arme atomique», et «nous ne resterons pas les bras croisés alors que la Corée du Nord se dote de la capacité de détruire n'importe quelle cible en Asie, ou nous-mêmes», a-t-il affirmé lors d'une conférence régionale sur la sécurité à Singapour.

M. Gates adressait à Pyongyang ses mots les plus durs depuis son essai nucléaire de lundi, suivi de six tirs de missile de courte portée. Il a averti le régime communiste que Washington réagirait en cas de prolifération nucléaire.

»Le transfert d'armement ou de matériel nucléaire par la Corée du Nord à des Etats ou des acteurs non-étatiques serait considéré comme une grave menace pour les Etats-Unis et leur alliés», a-t-il souligné.

Vers une course aux armements

L'attitude belligérante de la Corée du Nord, qui a menacé mercredi d'attaquer la Corée du Sud, ne représente pas «pour l'instant» une menace militaire directe pour les Etats-Unis mais elle pourrait provoquer une course aux armements en Asie, a encore prévenu le chef du Pentagone.

Washington, Tokyo et Séoul se sont mis d'accord samedi pour élaborer «une réponse commune», au cours d'une réunion tripartite de leurs ministres de la Défense, a déclaré à la presse le sud-coréen Lee Sang-Hee, à la sortie d'une rencontre avec ses homologues américain Robert Gates et japonais, Yasukazu Hamada.

Pas de GI's supplémentaires

Selon un membre de la délégation américaine, les ministres ont conclu que «les négociations à six restent le véhicule principal» pour régler le problème. «Mais en même temps nous devons penser à ce que nous pouvons faire de plus pour faire pression sur Pyongyang et pour préparer nos propres défenses» en cas d'échec des efforts diplomatiques.

M. Gates exclut toutefois pour l'heure de renforcer la présence militaire américaine en Corée du Sud, où sont stationnés 28 000 GI's, et a répété samedi privilégier la voie diplomatique. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!