Coupe du monde: l'Iran proteste contre les USA pour le drapeau sans le symbole Allah

Actualisé

Qatar 2022Les Etats-Unis retirent l’emblème du drapeau de l’Iran sur un visuel 

Le match de mardi soir entre l’Iran et les Etats-Unis promet d’être explosif. Les Américains ont déjà lancé les hostilités sur une image qui n’a pas été très appréciée par la fédération iranienne de football.

Christian Pulisic et les Etats-Unis affrontent mardi soir l’Iran pour une place en 8es de finale

Christian Pulisic et les Etats-Unis affrontent mardi soir l’Iran pour une place en 8es de finale

Mardi soir à 20 h 00, les Etats-Unis et l’Iran s’affrontent dans un match déjà surnommé le Nuclearico sur les réseaux sociaux. 24 ans après le duel de Gerland en France où l’Iran avait battu les Etats-Unis 2-1, ces deux nations se rencontrent à nouveau dans un duel qui devrait définir le deuxième qualifié du groupe B. Et les USA ont déjà bien lancé les hostilités: sur un visuel montrant le classement du groupe publié sur ses comptes officiels, la fédération américaine a retiré l'inscription au centre du drapeau «Allah» pour démontrer «son soutien au peuple iranien et aux manifestations qui secouent actuellement le pays».

Cela n’a bien évidemment pas plu à la fédération iranienne qui a rapidement réagi en envoyant un email à la FIFA, lui demandant «d’adresser un avertissement sérieux» aux Américains. Le post a depuis été supprimé par la fédération américaine mais elle a fait savoir qu’elle «continuait à soutenir les droits des femmes en Iran». Pour rappel, les deux pays n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, quelques mois après la prise d’otages de l’ambassade américaine à Téhéran en novembre 1979. Cet incident intervient au moment où l’Iran est le théâtre d’un mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des moeurs à Téhéran.

Cette Coupe du monde prend de plus en plus une dimension politique, n’en déplaise au président français Emmanuel Macron qui avait affirmé avant le début du tournoi qu’il ne fallait pas mélanger sport et politique.

(AFP)

Ton opinion

12 commentaires