Actualisé

Arrestation de PolanskiLes Etats-Unis saluent la coopération de la Suisse

La justice américaine a remercié dimanche la Suisse pour son «attitude extrêmement coopérative» dans l'arrestation de Roman Polanski.

Les relations avec les autorités helvétiques sont extraordinairement bonnes, a déclaré à l'ATS une porte-parole du parquet de Los Angeles.

Le parquet a appris la semaine dernière que le réalisateur franco- polonais devait se rendre en Suisse pour participer au Festival du Film de Zurich. Il a alors envoyé le mandat d'arrêt au ministère américain de la justice, qui l'a ensuite transmis aux autorités helvétiques, a expliqué la porte-parole, Sandra Gibbons.

Par le passé, les autorités judiciaires de la métropole californienne avaient déjà appris à deux reprises que M. Polanski prévoyait de se rendre dans des pays ayant des accords d'extradition avec les Etats-Unis. Mais à chaque fois, le cinéaste semble avoir eu vent des préparatifs en vue de son arrestation et a annulé son voyage.

Cette fois, la police suisse a réagi à un mandat d'arrêt valable et a arrêté le prévenu, s'est félicitée Mme Gibbons.

Le ministère américain de la justice a confirmé cette information. «Les autorités suisses ont arrêté M. Polanski sur la base d'un mandat d'arrêt que nous avons lancé», a dit à l'AFP sa porte-parole Laura Sweeney. Elle s'est refusée à tout autre commentaire «tant que l'individu concerné ne se trouve pas sur le sol américain».

Délai de 60 jours

Sandra Gibbons n'a pas pu dire quand une éventuelle extradition de Roman Polanski était attendue. Cette mesure dépend de la justice suisse, a-t-elle fait valoir.

Interrogée dimanche soir par la télévision alémanique SF, la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a indiqué que les autorités américaines avaient désormais jusqu'à 60 jours pour déposer une demande définitive d'extradition.

Il n'est pas certain non plus que le réalisateur se retrouvera derrière les barreaux en cas d'extradition. «C'est une question qui doit être réglée entre Polanski et le tribunal», a déclaré Sandra Gibbons. «Nous avions à l'origine exigé son incarcération, mais je ne sais pas si cela sera encore le cas à l'avenir».

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!