Lausanne: Les étudiants transpirent pour se dégoter un appart
Actualisé

LausanneLes étudiants transpirent pour se dégoter un appart

Les hautes écoles en appellent à la solidarité pour trouver un toit aux étudiants, toujours plus nombreux.

par
Joël Burri

«Maintenant que je ne vis plus chez eux, mes parents louent ma chambre à un étudiant», raconte Liz, Genevoise de 22 ans inscrite en droit à Lausanne. C'est le réflexe que le Service des affaires socio-culturelles de l'UNIL et de l'EPFL (SASC) souhaiterait développer chez les Vaudois.

La rentrée académique de septembre s'annonce en effet difficile. «Environ 500 étudiants cherchent toujours une chambre alors que nous n'en avons plus qu'une soixantaine dans notre base de données», déplore Gilberte Isler, cheffe du SASC.

Pour inviter les Vaudois à proposer à la location leurs pièces inoccupées, son service a organisé des petits événements afin de sensibiliser les passants. Jeudi, sur quatre places lausannoises, des étudiants ont recréé quelques scènes de leur vie quotidienne, dans un décor installé en pleine rue: étudier, dormir, se faire à manger et faire sa lessive.

Liz participait à l'opération. Elle a galéré pour trouver un logement: «Avec une amie, nous avons cherché un deux-pièces dès mars. Mais nous n'avons rien trouvé qui corresponde à nos budgets d'étudiantes. Nous nous sommes alors mises à chercher chacune pour soi. Pour finir, mon amie a renoncé a venir faire son master à Lausanne», regrette Liz.

Ton opinion