Les étudiants vaudois auront la primeur d'un Vélib' suisse

Actualisé

Les étudiants vaudois auront la primeur d'un Vélib' suisse

La HEIG, l'UNIL et l'EPFL souhaitent se doter d'un réseau de vélos en libre-service.
Seul frein: le coût.

Se déplacer à la force des mollets de la gare à son auditoire en enfourchant un vélo loué: l'idée, calquée sur le modèle du Vélib' parisien, séduit tant la direction de la Haute Ecole d'ingénierie et de gestion (HEIG) que celles de l'UNIL et de l'EPFL.

A Yverdon, l'idée de pousser les étudiants à rallier la gare et les sites de l'école en vélo fait doucement son chemin depuis 2006. «Le projet est loin d'être bloqué. Nous y travaillons d'ailleurs ces jours», affirme Lucas Girardet, de Lausanne Roule. C'est en effet cette association qui pilote les deux projets vaudois de vélos en libre-service sur abonnement. Seul frein au projet: le financement. Une station vaut en effet quelque 60 000 fr.

A l'EPFL et à l'UNIL, le Vélib' estudiantin aurait pu voir le jour à la rentrée 2008 déjà si la Confédération avait accepté de mettre la main au porte-monnaie. «Mais le Département des transports a dit non.

Nous sommes donc en train de chercher de l'argent ailleurs. Le recours à des privés n'est pas exclu», détaille Lucas Girardet. Le projet, estimé à 1, 7 million de francs, comprend plusieurs stations et 150 vélos répartis sur les sites de l'UNIL et de l'EPFL, dans les quartiers d'étudiants et à la gare de Renens.

L'expérience vaudoise constituera un essai pour le reste de la Suisse. «A terme, la coordination Suisse roule souhaite étendre son réseau de stations compatibles dans toutes les villes suisses», affirme Lucas Girardet.

Carole Pantet

Ton opinion