Les ex-actionnaires de référence de Swiss toucheront 400 millions au mieux
Actualisé

Les ex-actionnaires de référence de Swiss toucheront 400 millions au mieux

L'intégration de Swiss dans Lufthansa profite plus à la compagnie qui a succédé à Swissair qu'à ses gros actionnaires de départ.

Ceux-ci devraient recevoir 250 millions d'euros (près de 400 millions de francs) au maximum pour avoir cédé leurs parts au groupe allemand.

Le prix définitif de la transaction, dont l'annonce remonte à trois ans exactement, sera fixé le 20 mars. Les gros actionnaires de 2002 (Confédération, UBS, Credit Suisse, canton de Zurich ou Amag) ne recevront pas plus de 250 millions d'euros, a indiqué mercredi à l'ATS Andrea Kreuzer, porte-parole de Swiss.

Le montant paraît bien maigre au regard des quelque 2,7 milliards de francs de capitalisation réunis il y a un peu plus de six ans, au moment de l'agonie de Swissair, pour lancer Swiss à Pâques 2002. Pour leur part, les petits actionnaires ont déjà reçu environ 47 millions d'euros en 2005, soit 8,96 francs par action.

La Confédération d'abord

Pour mémoire, la Confédération avait à l'époque injecté 600 millions de francs dans le capital de la nouvelle compagnie et le canton de Zurich 300 millions, motivé lui par la volonté de sauver le hub de Kloten. Nestlé, Roche, Swisscom, Novartis, Swiss Re, ZFS et Swiss Life avaient chacun mis 100 millions sur la table.

La méthode de détermination du prix est connu depuis le début. Le montant à récupérer sera calculé en fonction de la performance de l'action Lufthansa ces dernières années. L'»option sur différence de rendement» que recevront les gros actionnaires sera fixée en comparant la compagnie allemande avec la concurrence.

Concrètement, le titre Lufthansa sera mis en balance avec une corbeille composée à 40% d'Air France-KLM, de 40% de British Airways et de 20% d'Iberia. Principal actionnaire de Swiss en 2002, la Confédération pourrait ainsi au mieux toucher un petit quart des 250 millions d'euros projetés.

(ats)

Ton opinion