Actualisé 22.04.2015 à 15:33

BNS

Les exceptions au taux d'intérêt négatif réduites

La Banque nationale suisse (BNS) a considérablement réduit le nombre de titulaires de comptes de virement non soumis au taux d'intérêt négatif.

Les entreprises proches de la Confédération n'y dérogeront plus, à l'instar de Publica. La caisse fédérale de pensions «regrette» la mesure. La BNS a achevé son examen, a-t-elle annoncé mercredi. La banque centrale helvétique a abrégé la liste des dérogations à l'application du taux d'intérêt négatif aux comptes de virement qu'elle détient.

L'intérêt négatif sera également prélevé sur le compte de la caisse de pensions de la propre BNS. Les titulaires de compte concernés bénéficieront, comme les autres, d'un montant exonéré d'au moins 10 millions de francs.

Les comptes des cantons de Genève et de Zurich, ainsi que de la ville de Zurich seront quant à eux clôturés, précise le communiqué. Ces derniers n'ont plus été utilisés depuis quelque temps et leurs titulaires ne font plus partie du champ d«activité de la BNS.

Raison pour laquelle d'ailleurs le département genevois des finances estime que cette décision n'a «aucun impact pour le canton». Dans une prise de position transmise mercredi à l'ats, il ajoute que «dans le contexte actuel des taux négatifs, Genève n«a ainsi jamais bénéficié de dérogation ou d'exonération de la part de la BNS».

Seuls les comptes de virement de l'administration fédérale centrale et des fonds de compensation de l'AVS, de l'AI et des APG bénéficieront encore d'une dérogation. La banque centrale «continuera toutefois d'observer l'évolution des avoirs de ces titulaires», indique-t-elle.

Publica «préparée»

Dans une prise de position publiée mercredi, Publica déplore la mesure «mais la comprend». «La question ayant fait l«objet d«un débat au niveau national, il fallait s'attendre à cette décision», poursuit la caisse fédérale de pensions, qui dit s'être «préparée en conséquence».

Publica prévient de ne pas «surestimer les répercussions de cette décision» car sa fortune est placée de manière «très diversifiée». La part des liquidités nécessaires pour ses besoins d'exploitation «est faible», précise-t-elle. Avec une somme au bilan de plus de 37 milliards de francs suisses, elle compte parmi les plus grandes caisses de pensions suisses, selon son propre site Internet.

L'institution collective assure le suivi de près de 63'000 personnes et 43'000 bénéficiaires de rentes de l«Administration fédérale, du domaine des écoles polytechniques fédérales et de différentes entreprises fédérales décentralisées. Sont aussi concernées environ 70 employeurs, dont Swisscom et la SRG SSR.

Effet immédiat

La décision de l'institut d'émission a eu un effet immédiat sur le franc. Vers 14h30, la devise helvétique s'est nettement relâchée face à la monnaie unique européenne, à 1,0346 euro, contre 1,0289 juste avant l'annonce. Un mouvement de repli comparable a été observé face au dollar.

Pour rappel, le 22 janvier la BNS a abaissé d'un demi-point à -0,75% le taux d'intérêt appliqué aux avoirs en comptes de virement dépassant un certain montant exonéré. Une mesure destinée à rendre les placements en francs moins attrayants, et partant, à affaiblir la devise helvétique.

«Nous sommes les premiers à être allés aussi loin», avait souligné le directoire de la BNS lors de l'examen du 19 mars de la situation économique et monétaire. «Dans le contexte actuel, il n'existe aucune véritable alternative», avait dit à cette occasion le président Thomas Jordan, tout en faisant savoir qu'il allait revoir la politique en matière d'exemptions, dans l'objectif de les limiter. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!