18.10.2020 à 17:20

Les experts de la circulation plus cléments l’après-midi?

Il existe toutes sortes de légendes et de mythes sur l’examen de conduite. Peter Kyburz, directeur de l’Office de la circulation routière du canton de Zurich sait lesquels sont vrais et lesquels sont totalement absurdes.

de
Isabelle Riederer
18.10.2020

Une rumeur dit qu’il ne faut jamais accepter de passer l’examen de conduite en fin de journée, parce que l’expert de la circulation est alors pressé de rentrer chez lui.

Peter Kyburz: la durée de base est de 45 minutes. En fonction du trafic, il peut évidemment arriver qu’un examen dure quelques minutes de plus ou de moins. Nous avons toutefois des consignes précises sur les durées minimale et maximale d’un examen pratique. Chaque expert(e) s’y tient et note la durée de chaque examen.

Est-il exact que les experts de la circulation sont plus cléments l’après-midi?

Dans le canton de Zurich, il est prévu que chaque expert(e) de la circulation consacre une demi-journée (le matin ou l’après-midi) à faire passer quatre ou cinq examens de conduite maximum et effectue des contrôles de véhicules la seconde moitié de la journée. Que l’examen de conduite ait lieu le matin ou l’après-midi n’a aucune incidence sur le résultat. De plus, tous nos experts sont formés pour remettre leur compteur mental à zéro après chaque examen.

Le mythe n’est pas confirmé!

Est-il vrai que les candidat(e)s au permis de conduire ont de meilleures chances de réussir s’ils/elles sont bien habillé(e)s?

Nous faisons passer environ 30’000 examens de conduite pratiques et théoriques par an. Les candidat(e)s sont issu(e)s de toutes les classes sociales et ont entre 16 et 85 ans. Ils/Elles ne s’habillent donc pas de la même manière. Nous ne jugeons pas leur tenue vestimentaire, mais leur façon de conduire. Une tenue soignée est certes agréable, y compris pour le candidat lui-même. Mais elle n’est absolument pas déterminante pour la réussite de l’examen.

Le mythe n’est pas confirmé!

Est-il vrai que le/la candidat(e) n’est pas censé(e) parler durant l’épreuve?

Le/la candidat(e) a le droit de parler autant qu’il/elle veut. Il y a des candidat(e)s qui ont besoin de calme absolu pour se concentrer. D’autres, en revanche, apprécient un petit brin de causette pour détendre l’atmosphère. Chaque expert(e) essaie de s’adapter au candidat.

Le mythe n’est pas confirmé!

Si l’expert(e) de la circulation est de mauvaise humeur, le/la candidat(e) a peu de chances de réussir son examen pratique. Est-ce vrai?

Nous attendons de nos expert(e)s de la circulation un professionnalisme absolu. Sa mauvaise humeur ne doit pas être ressentie par le/la candidat(e). Nos expert(e)s retournent en formation une fois par an et savent faire la différence entre leur travail d’expert(e) et leur vie privée.

Le mythe n’est pas confirmé!

Est-il vrai que les petits incidents, comme caler le moteur pendant l’épreuve pratique, ne sont pas éliminatoires?

Lors de l’épreuve pratique, on prend en compte l’évaluation globale sur toute la durée de l’examen. Si le/la candidat(e) cale le moteur, mais fournit une bonne performance par ailleurs, il/elle n’a aucun souci à se faire.

Le mythe est confirmé!

Il existe un mythe, selon lequel les examinateurs doivent atteindre un certain quota d’échecs par mois lors des examens pratiques. Est-ce exact?

Nous ne faisons pas de statistiques individuelles sur le nombre de réussites et d’échecs prononcés par chaque expert(e).

Le mythe n’est pas confirmé!

Une rumeur dit que les examens de conduite pratiques effectués avec une voiture automatique sont évalués plus durement. Est-ce exact?

Qu’un(e) candidat(e) passe l’examen à bord d’un véhicule avec une transmission manuelle ou automatique ne joue aucun rôle. Nous évaluons la manière de conduire dans son ensemble. La commande du véhicule n’est généralement pas un problème. De nombreux/ses candidat(e)s ont, par contre, des difficultés à analyser des situations de circulation, à les évaluer correctement et à réagir en conséquence. Si un(e) candidat(e) a vraiment du mal à utiliser le véhicule, c’est qu’il/elle n’est pas prêt(e) pour l’examen.

Le mythe n’est pas confirmé!

Regarder sur sa montre pendant l’examen est un ultime faux pas. Est-ce vrai?

Le fait qu’un(e) candidat(e) regarde sur sa montre lors de l’examen pratique n’est pas du tout un problème. Il/elle peut également demander l’heure à l’expert(e). En revanche, si le/la candidat(e) sort le téléphone portable de la poche, c’est assurément moins bon, car cela déconcentre au volant.

Le mythe n’est pas confirmé!

Est-il vrai que moins on a d’heures de conduite, plus on a de risque d’échouer?

Le jour de l’examen, nos expert(e)s de la circulation ignorent totalement le nombre d’heures de conduite prises par chaque candidat(e). Nous demandons qu’un(e) candidat(e) sache conduire en toute sécurité, correctement et de façon autonome. Qu’il/elle ait eu besoin de 15 ou de 30 heures de conduite pour y parvenir ne joue aucun rôle pour nous. Toutefois, l’expérience a montré qu’il est très utile qu’un(e) candidat(e) ne décide pas seul(e) s’il/elle est prêt(e), mais en accord avec un(e) moniteur/trice de conduite.

Le mythe n’est pas confirmé!

Peter Kyburz est le directeur de l’Office de la circulation routière du canton de Zurich et a été moniteur de conduite durant de nombreuses années.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!