Actualisé 27.12.2006 à 21:47

Les extraterrestres débarquent sur Internet

Dès janvier, le Centre national d'études spatiales (CNES) va mettre en ligne ses archives sur les ovnis.

Pour l'essentiel, ces documents consistent en plus de 3000 procès-verbaux de gendarmerie et plus de 100 000 pages qu'il a fallu numériser et traiter pour en éliminer toutes les données nominatives.

«Il ne faut pas s'attendre à des scoops», prévient Jacques Patenet, responsable au CNES pour les phénomènes aérospatiaux non identifiés. «Les cas les plus curieux ont déjà fait l'objet de publications. Je ne pense pas que l'on puisse apporter quelque chose de plus.»

Pierre Lagrange, un anthropologue spécialisé dans les parasciences, estime de son côté que l'initiative va permettre «de faire la transparence sur le peu qui a été fait» au CNES sur les soucoupes volantes. Le premier cas d'ovni officiellement recensé en France remonte à 1937, mais le phénomène des objets volants non identifiés a surtout pris de l'ampleur à partir de 1954.

Selon Jacques Patenet, les canulars sont extrêmement rares: un cas avéré en 1979, peut-être deux ou trois autres au total. «Le témoin d'un tel phénomène est sincère même s'il se trompe dans l'évaluation de ce qu'il a vu», conclut ce spécialiste.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!