Actualisé 24.01.2011 à 17:50

Scandale du MediatorLes fabricants prêts à payer les victimes

Les fabricants du Mediator se sont dits prêts lundi à indemniser des victimes de ce médicament qui aurait entraîné plusieurs centaines de décès.

Les laboratoires Servier, fabricants du Mediator, se sont dits lundi «prêts à participer à la mise en oeuvre d'un fonds d'indemnisation» des victimes de ce médicament, au centre d'un vaste scandale en France où il aurait entraîné plusieurs centaines de décès.

«Dès à présent et dans l'intérêt des patients, les laboratoires Servier sont prêts à participer à la mise en oeuvre d'un fonds d'indemnisation» des victimes du Médiator, selon leur communiqué.

Les laboratoires Servier, deuxième groupe pharmaceutique français, précisent que cette position «ne remet pas en cause la défense de leurs droits» dans les procédures judiciaires engagées ou à venir, dans un communiqué ne mentionnant pas une seule fois le nom du Mediator.

Fondateur du groupe poursuivi pour tromperie

Jacques Servier, 88 ans, fondateur et patron du groupe, doit comparaître le 11 février devant un tribunal de Nanterre (ouest de Paris), où il est poursuivi pour «tromperie». Une enquête judiciaire est également en cours et plus d'une centaine de personnes ont déposé plainte.

Le Mediator (benfluorex), un médicament destiné aux diabétiques en surpoids, prescrit aussi comme coupe-faim à des non-diabétiques, a été retiré de la vente en France en 2009, en raison des risques cardiaques encourus par les patients. Cinq millions de malades l'ont utilisé entre 1976 et 2009.

Il est accusé d'être à l'origine de la mort de 500 à 2.000 personnes selon des estimations et d'avoir provoqué de graves lésions cardiaques chez des milliers d'autres.

Les principales associations de défense des victimes du Mediator et une association de consommateurs français avaient réclamé la semaine dernière la mise en place d'un tel fonds d'indemnisation et demandé à ce que Servier contribue à son financement. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!