Actualisé 17.01.2013 à 16:43

RTS

Les faiblesses de «C'est la jungle» mises en évidence

Lancée le 27 août 2012, l'émission humoristique de Martina Chyba peine à séduire. Elle est la cible d'un rapport critique.

de
Mathilde Jarry

«Gags lourds, émission à caractère brouillon, sommaire touffu», le contenu du rapport du Conseil du public de la RTS est clair: Martina Chyba, ses chroniqueurs et son gorille ne font pas rire.

Loin de vouloir supprimer l'émission, reconduite pour le 1er trimestre 2013 à raison de deux fois par mois, le Conseil a surtout voulu relever les points qui ­fâchent. En plus du rythme trop soutenu, de séquences ­incohérentes ou d'abus d'archives, les sept pages du texte pointent du doigt deux humoristes: Nathanaël Rochat et Robert Sandoz. Le comportement de Natnat «agace plus qu'il n'amuse» et le second abuse «des attitudes provocantes de type cours de récré».

Contactée, Martina Chyba renvoie au directeur des programmes, Gilles Pache. «Globalement d'accord» avec l'analyse, qu'il juge «sérieuse et nuancée» il tient toutefois à défendre les deux humoristes: «L'ironie de Natnat fait partie de la loi du genre. Après, c'est une appréciation assez subjective, comme les questions de goûts et de couleurs. Pour Robert Sandoz, je comprends que ça puisse choquer. Il y a effectivement une réflexion à mener de ce côté-là.»

Gilles Pache a cependant peu apprécié le communiqué diffusé après le rapport: «J'ai trouvé complètement inadéquat le recours à une signalétique de cartons de couleurs (ndlr: un jaune en occurrence), ce n'est pas un match de foot. De plus, la stigmatisation des deux chroniqueurs dans ce résumé de 15 lignes est pour le moins inélégant.» Le directeur a par ailleurs annoncé que l'émission connaîtra des changements dans les prochains numéros.

Regardez l'une des émissions de «C'est la jungle»:

Qu’est-ce que le Conseil du public?

Le Conseil du public est l’or­gane consultatif de la RTSR. Composé de 17 membres

désignés par les sept SRT (Sociétés cantonales de radio et de télévision) romandes, il se ­réunit chaque mois pour discuter de deux émissions (TV et radio), en présence des membres de leur équipe. Le Conseil a pour tâche l’analyse critique des programmes diffusés par le service public et fait part de ses remarques et suggestions aux professionnels de la RTS. Il n’a cependant aucun pouvoir décisionnel.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!