Anniversaire: Les fans d'Elvis ont célébré ses 75 ans

Actualisé

AnniversaireLes fans d'Elvis ont célébré ses 75 ans

La maison blanche où Elvis Presley a vu le jour il y a tout juste 75 ans est si minuscule qu'une seule pièce de l'imposante propriété de Graceland où le King passa les dernières années de son existence pourrait la contenir.

Si Graceland, grande attraction touristique internationale depuis la mort du rocker en 1977, devait attirer tous les regards vendredi, date du 75e anniversaire de la naissance de la star, plusieurs centaines d'admirateurs étaient également attendus sur son lieu de naissance à Tupelo, dans le nord-est du Mississippi. Ils sont venus voir sous une autre perspective l'homme qui a réinventé la musique populaire américaine en fusionnant les influences des communautés noires et blanches, le blues et le bluegrass, le gospel et le rockabilly, jusqu'à ce qu'il devienne le Roi du Rock 'n Roll.

Elvis enfant

La maison de quatre mètres et demi sur neuf où naquit Presley a été construite à Tupelo en 1934 par son père, son grand-père et son oncle dans l'un des quartiers pauvres de la ville.

La famille du King of Rock'n'Roll n'y habita que très peu de temps. Faute de pouvoir s'acquitter des paiements, elle la quitta alors qu'Elvis Presley était âgé de deux ans et demi.

«Nous présentons l'Elvis inconnu, le petit garçon Elvis», a expliqué Dick Guyton, directeur de la fondation, qui dirige l'Elvis Presley Birthplace à Tupelo, une commune de 36.000 habitants à quelque 160km au sud-est de Memphis.

Privilège de la visite

Si à Graceland les visiteurs sont voiturés dans des camionnettes, depuis le centre des visiteurs jusqu'à la villa, et déplacé en troupeau avec des écouteurs sur les oreilles, l'ambiance est différente à Tupelo. Il n'y a que quelques visiteurs qui ont le privilège de fouler la maison de bois où Presley et son frère jumeau mort-né Jesse Garon Presley, ont vu le jour le 8 janvier 1935.

La maison de l'enfance comprend sur six hectares un musée, une boutique de souvenirs, une chapelle aux vitraux simples, et un buste d'Elvis à 13 ans. Le périple inclut également depuis 2008 l'église que fréquentait la famille.

Un père en prison

Alors qu'Elvis était enfant, son père Vernon avait du mal à trouver du travail et passait le plus clair de son temps en prison. Sa mère Gladys avait la vie dure et gardait un oeil sur son fils unique, le survivant, d'après Guy Harris, un ami d'enfance. Les Presley ont connu plusieurs maisons à Tupelo avant que Vernon n'emmène la famille à Memphis en 1948. Adolescent, Elvis jouait de la guitare pour ses amis, comme le jour de son départ du collège Tupelo Milam Junior High.

Harris, un policier retraité de 71 ans, se souvient «qu'il n'y avait pas de différence» entre l'Elvis qu'il a connu et celui qui est devenu célèbre. Le King est revenu plusieurs fois voir des amis à Tupelo, et jouer en 1956 et 1957. «Il ne montrait jamais qu'il était à un autre niveau que nous» se souvient Harris. Il est pourtant venu moins souvent ensuite.

Selon Guyton, un gamin de 4 ans de moins, qui ne l'a jamais rencontré vivant, «c'était un garçon de la campagne. Et c'est ce qu'il avait de si excitant pour nous».

Maison restaurée

Presley a donné la recette d'un concert de 1957 à la ville pour qu'elle acquiert la maison de son enfance et les environs, qui étaient alors à vendre. Il espérait en faire un parc, mais la ville n'a jamais vraiment donné suite, à la stupéfaction du chanteur. Un club de jardinage a commencé à restaurer la maison modeste dans les années 1970, et l'a ouverte au public. Il y a maintenant 60.000 visiteurs payants chaque année, et environ 20.000 qui se promènent aux environs gratuitement. Le ticket d'entrée est de 12 dollars pour les adultes, 6 pour les enfants.

D'après Guyton, la plupart des visiteurs sont de vrais fans qui connaissent déjà la carrière du chanteur, sa musique et ses films, et ses femmes principales. (L'ex-femme du King, Priscilla Presley, a commémoré l'événement avec environ 3.000 fans à Memphis).

Concours de chant à dix ans

A Tupelo, ils en apprennent plus sur ses jeunes années et en particulier son amour pour la musique de gospel. C'est la raison pour laquelle l'église a été restaurée, avec ses bancs en bois. Des films sont projetés à l'intérieur désormais, pour restituer l'ambiance des célébrations religieuses des années 1930-40 à l'Assemblée de Dieu. Un autre film décrit la pauvreté des années de dépression de 1930.

On y voit aussi une photo d'Elvis à 10 ans, participant à un concours de chant à la foire de l'Alabama avec d'autres enfants. Il avait interprété «Old Shep» et gagné dix dollars, le 2e prix.

Le musée expose aussi un foulard de soie, qu'aurait signé Presley, avant de la jeter à une fan lors de son dernier concert, le 26 juin 1977 à Indianapolis. Son mari l'a légué au musée.

D'après Guyton, l'opulence que le King a adopté à la fin de sa vie, les grands cols, les chemises en dentelles, les voitures tape-à-l'oeil, étaient une manière de conjurer la pauvreté de son enfance. «C'est ce qui lui a été fatal, conclut le directeur. Personne ne pouvait lui dire non». (ap)

Ton opinion