Les fans de BD s'arrachent les originaux à prix d'or

Actualisé

Les fans de BD s'arrachent les originaux à prix d'or

Paris. Les planches de Franquin ou d'Hergé atteignent des montants
record lors des ventes aux enchères.

La bande dessinée débarque sur le marché de l'art, où les originaux d'Hergé, de Franquin ou de Moebius, atteignent des prix record lors de ventes aux enchères. Et ça ne fait que commencer, selon les connaisseurs. Une vente exceptionnelle se déroulera samedi à la galerie Artcurial à Paris, avec pour pièce maîtresse une gouache réalisée en 1932 par Hergé pour la couverture de «Tintin en Amérique». «Pièce de musée. Sublime», note Artcurial dans le catalogue de la vente. Prix estimé: 280 000 euros, soit 440 000 fr. Cette œuvre rarissime devrait battre le record mondial pour un original de BD, atteint en mars 2007 par un dessin d'Enki Bilal, «Bleu sang», adjugé 277 000 fr.

Artcurial, leader mondial du marché, a réuni 650 œuvres – albums, planches et autres objets liés à la BD – pour cette vente de printemps devenue l'un des grands rendez-vous de l'année. «C'est un marché en plein développement, on a des acheteurs de l'Europe entière. On n'a plus honte de dire qu'on collectionne de la BD», se réjouit Eric Leroy, l'expert de la maison.

Au début des années 2000, les prix des originaux se sont envolés: 258 000 fr. pour une planche du «Nid des Marsupilami» de Franquin vendue en 2001, et 91 300 fr. pour une planche d'«Arzach» de Moebius en 2007. La clientèle est plutôt jeune, dans la tranche des 35-50 ans pour le haut de gamme. La nostalgie est un moteur du marché de la BD et les classiques des journaux Tintin ou Spirou sont parmi les plus prisés.

Ton opinion