Actualisé

Bed & BreakfastLes fantômes de Wolf Creek Inn

Le Wolf Creek Inn existe depuis plus de 100 ans. Et les fantômes font partie des murs.

par
age
1 / 6
Le bâtiment, dans lequel se trouve le Wolf Creek Inn, date de 1883. À l'époque, il servait de point de chute pour les voyageurs effectuant la route entre Los Angeles et Portland.

Le bâtiment, dans lequel se trouve le Wolf Creek Inn, date de 1883. À l'époque, il servait de point de chute pour les voyageurs effectuant la route entre Los Angeles et Portland.

Rick Obst / CC BY 2.0
À l'époque, il fallait effectuer un voyage d'un peu plus de deux semaines pour rallier ces deux villes. Le Wolf Creek Inn dispose de 16 chambres.

À l'époque, il fallait effectuer un voyage d'un peu plus de deux semaines pour rallier ces deux villes. Le Wolf Creek Inn dispose de 16 chambres.

Rick Obst / CC BY 2.0
Celles-ci sont censées être hantées. L'un des fantômes ayant été le plus souvent aperçu est celui de l'écrivain Jack London, qui y a écrit l'un de ses livres.

Celles-ci sont censées être hantées. L'un des fantômes ayant été le plus souvent aperçu est celui de l'écrivain Jack London, qui y a écrit l'un de ses livres.

Rick Obst / CC BY 2.0

La première chose qu'on aperçoit en arrivant devant la maison d'hôtes est le grand écriteau datant de 1925, avec l'inscription «Wolf Creek Tavern: Tasty Cuisine». Il s'agit du plus ancien Bed and Breakfast ouvert en permanence dans la région, en Oregon, et celle avec un nombre impressionnant d'histoires de fantômes.

Les débuts du Wolf Creek Inn

Dès le XIXème siècle, on pouvait passer la nuit à l'endroit où se trouve, aujourd'hui encore, le Wolf Creek Inn. Celui-ci servait de point de chute aux voyageurs effectuant la route entre Los Angeles et Portland. La bâtisse principale, avec ses 16 chambres et son immense salle à manger, n'a cependant été construite qu'en 1883. À l'époque, les chambres n'étaient cependant pas encore équipées de salles de bain. En dehors des pots de chambre, il y avait néanmoins une grande salle de bain à l'extérieur.

Le Wolf Creek Inn a également hébergé des hôtes célèbres, tels que l'acteur Clark Gable (qui incarnait Rhett Butler dans «Autant en emporte le vent» de 1939), Orson Welles (producteur du film «Citizen Kane»), ainsi que le cowboy sans doute le plus célèbre du cinéma, John Wayne. Mais celui à avoir séjourné le plus longtemps au Wolf Creek Inn était l'écrivain Jack London, qui y a non seulement passé un été entier, mais y serait retourné après sa mort en 1916.

Histoires de fantômes

Divers hôtes ont déclaré avoir aperçu un fantôme dans la chambre, dans laquelle Jack London avait séjourné. D'autres disent y avoir entendu sa voix alors qu'il récitait des passages de ses livres ou s'entretenait avec d'autres fantômes, mais jamais avec les clients de l'auberge. En dehors du célèbre écrivain, la maison d'hôtes serait également habitée par divers autres fantômes. C'est ce qu'ont confirmé le propriétaire des lieux, ainsi que plusieurs experts en activités paranormales à s'être rendus dans le Bed and Breakfast par le passé.

L'un de ces fantômes est une femme inconnue. Son esprit est associé à une autre célèbre histoire de la région, celle de Charlie Parkhurst. Charlie le Borgne était connu pour être un conducteur de diligence pendant la ruée vers l'or, qui jurait comme un marin et était capable de cracher son tabac à chiquer très loin. Bref, Charlie était réputé pour être un dur à cuire. À sa mort, à l'âge de 67 ans, la surprise a donc été d'autant plus grande pour ses amis lorsque le médecin-légiste a constaté que Charlie était en réalité une femme prénommée Charlotte.

Gentils et méchants fantômes

Alors que le fantôme de Charlie ne s'est jamais fait remarquer de manière négative, ce n'est pas le cas pour d'autres sombres créatures présentes au Wolf Creek Inn. L'une d'entre elles est appelée «le vampire» et se manifeste tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la demeure. Ceux qui disent avoir vu «le vampire» témoignent de crocs acérés et d'un visage ensanglanté.

En 1998, un médium a tenté d'entrer en contact avec «le vampire» et est arrivé à une conclusion pour le moins étrange. «Le vampire» était le fantôme d'une personne atteinte d'un trouble de la personnalité qui, de son vivant, se prenait pour un vampire et qui peut désormais s'assumer en tant que tel. D'autres chasseurs de fantômes sont, quant à eux, persuadés qu'il s'agit d'un vrai vampire.

Le Wolf Creek Inn est toujours en activité. Une partie du bâtiment n'a d'ailleurs pas été rénovée pour des raisons historiques. Les amateurs de fantômes pourront y faire des visites guidées paranormales.

Ton opinion