Football: Les favoris pour commencer

Actualisé

FootballLes favoris pour commencer

Au surlendemain de la contre-performance du FC Bâle en Ligue des Champions, les Young Boys et le FC Zurich entendent redonner des couleurs au football suisse.

Les joueurs de Young Boys à l'entraînement au Stade de Suisse à Berne.

Les joueurs de Young Boys à l'entraînement au Stade de Suisse à Berne.

photo: Keystone

A 19h au Stade de Suisse, les Young Boys toujours privés de Hoarau et de Sanogo, deux de leurs meilleurs éléments, affrontent l'Olympiakos. Même si son élimination au tour préliminaire de la Ligue des Champions face aux Israéliens de l'Hapoel Beer Sheva fait tache - elle a entraîné d'ailleurs le limogeage de l'entraîneur Victor Sanchez del Amo qui a été remplacé par l'ancien sélectionneur du Portugal Paulo Bento -, le club du Pirée présente d'autres références que celles des Young Boys. Victorieux de... dix-huit des vingt derniers championnats de Grèce, l'Olympiakos alignera ainsi jeudi un footballeur de grand renom, l'Argentin Esteban Cambiasso, et un buteur qui avait fait le bonheur de Neuchâtel Xamax en la personne du Nigérian Ideye Brown.

Le premier match d'une nouvelle ère

Ce premier match de la phase de poules sera, on le sait, celui d'une nouvelle ère pour les Young Boys. Après avoir comblé ces dernières années les déficits chroniques du club - on évoque un montant de 50 millions de francs -, les frères Andy et Hansueli Rihs ont dit stop. Ils ont limogé mardi le directeur sportif Fredy Bickel, coupable à leurs yeux d'acheter trop cher et de vendre trop bon marché pour confier la direction du club à Urs Siegenthaler, un ancien de la maison et, aussi, un homme qui a contribué aux succès de l'équipe d'Allemagne. Celui qui fut un défenseur redouté dans les années soixante est, en effet, l'un des conseillers les plus influents, sinon le plus influent, de Joachim Löw.

Urs Siegenthaler et l'entraîneur Adi Hütter suivent désormais une politique très claire: favoriser la formation. Face à l'Olympiakos, les trois grands espoirs du club, Yvon Mvogo, Denis Zakaria et Michael Frey, auront ainsi un rôle capital à jouer. Il leur reviendra de faire naître la flamme de l'espoir.

Un défi presque impossible pour le FC Zurich

Le FC Zurich, lui aussi, ouvrira le bal contre une équipe qui possède un certain vécu en Ligue des Champions. Le leader de la Challenge League se déplace en Espagne pour un superbe défi contre Villarreal, quatrième de la dernière Liga mais éliminé sans aucune discussion par Monaco en barrage de la Ligue des Champions. Même s'il n'a égaré que deux points - un nul 1-1 à Wil - lors de ses sept premiers matches de championnat -, le FCZ ne peut pas nourrir de réelles ambitions contre une équipe qui fut demi-finaliste de cette compétition au printemps dernier. «Nous voulons toutefois aller le plus loin possible dans cette campagne, lance le président Ancillo Canepa. L'équipe a, je crois, parfaitement digéré le traumatisme de la relégation. Les joueurs savent qu'un tel match leur offre une vitrine extraordinaire. Nous jouerons, bien sûr, avec le meilleur onze possible !»

Le président et son entraîneur Uli Forte savent parfaitement que le FCZ ne jouera pas sa peau sur ce match de jeudi. En revanche, ils espèrent qu'il y aura un vrai combat pour la deuxième place avec le Steaua Bucarest et les Turcs d'Osmanlispor. La donne est pratiquement identique pour les Young Boys qui s'attaquent d'entrée au favori du groupe avant les échéances contre Astana et l'Apoel Nicosie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion