Cour des comptes: Les favoris s'imposent
Actualisé

Cour des comptesLes favoris s'imposent

Les candidats favoris à l'élection de la Cour des comptes genevoise se sont imposés dimanche comme attendu.

Présentés par les partis gouvernementaux (PLR, PS, PDC, Verts), ils ont largement devancé leur unique concurrent UDC, recueillant le double de voix que lui.

Trois postes de magistrats titulaires étaient à repourvoir. Après dépouillement de 95% des bulletins, la PLR Isabelle Terrier arrive en tête en obtenant 41'734 suffrages. Elle précède l'actuel président de la Cour des comptes, le Vert Stanislas Zuin, qui récolte 41'652 voix. Avec 41'133 suffrages, le socialiste François Paychère s'empare du troisième siège.

L'UDC Yves Nidegger, qui s'est lancé dans la bataille avec l'appui du Mouvement citoyens genevois (MCG) dans l'espoir de contrer cette liste interpartis, ne récolte que 20'783 voix. Les partis gouvernementaux ont également réussi à placer tous leurs candidats pour les trois postes de suppléants qui étaient à repourvoir.

Toujours après le dépouillement de 95% des bulletins, le PLR Hans Isler a recueilli 41'495 voix. La sortante libérale-radicale Myriam Nicolazzi arrive derrière son collègue de parti avec 40'999 suffrages. Le sortant socialiste Marco Ziegler occupe la troisième marche du podium avec 40'895 voix, laissant les miettes à L'UDC Antoine Boesh et l'indépendante Françoise Sapin.

En zone de turbulences

Cette élection s'est déroulée alors que la Cour des comptes traverse une crise née de la guerre sans merci que se sont livrés Daniel Devaud et Stéphane Geiger, deux des magistrats titulaires de l'institution. Le premier a renoncé à se représenter et a démissionné. Le second part à la retraite.

Daniel Devaud, d'Ensemble à gauche, qui s'est montré très critique sur le fonctionnement de la Cour des comptes, a même reproché à son rival PDC de l'avoir agressé physiquement. Le magistrat PDC nie toutefois en être venu aux mains avec son collègue. Il a cependant admis lui avoir jeté un seau d'eau dessus.

La crise est tellement profonde que la justice s'est emparée de l'affaire. La levée de l'immunité des deux anciens magistrats va être demandée. Le Grand Conseil, lors de sa prochaine séance, doit aussi débattre de la création d'une commission d'enquête parlementaire.

La Cour des comptes agit comme un instrument de contrôle de l'administration. Les magistrats surveillent le fonctionnement de l'Etat et traquent les gaspillages des deniers publics. Les magistrats de l'institution sont élus par le peuple. Leur mandat est de six ans.

(ats)

Ton opinion