Les femmes aussi victimes d'infarctus
Actualisé

Les femmes aussi victimes d'infarctus

En adoptant un mode de vie qui se rapproche de leurs homologues masculins, les femmes sont toujours plus nombreuses et plus jeunes à être touchées.

A l'occasion de la journée de la femme du 8 mars, la Fondation suisse de cardiologie rappelle que coeurs masculins et féminins ne battent pas de la même manière. Ainsi l'infarctus du myocarde est en général reconnu plus tardivement chez la femme, estime la fondation dans un communiqué.

Les femmes ont par ailleurs tendance à se croire beaucoup plus menacées par le cancer du sein que par les maladies cardio- vasculaires, poursuit la fondation. A tort, considère-t-elle. Elles auraient environ 10 fois plus de chances d'être touchées par des problèmes au coeur, écrit-elle en se basant sur les chiffres 2004 de l'Office fédéral de la statistique.

Tabagisme, pilule contraceptive ou encore excès de poids sont tant de facteurs qui augmentent le risque d'être touchées. Suite à plusieurs recherches, les thérapies hormonales parfois prescrites à la ménopause ne sont pour leur part plus recommandées comme mesure de prévention contre les maladies cardio-vasculaires, ajoute l'association.

Afin d'informer et de prévenir les femmes, mais aussi les hommes, la fondation de cardiologie édite donc la brochure «Femme et coeur». Et de recommander d'automatiquement composer le numéro d'urgence 144 en cas de signes d'infarctus. (ats)

La brochure peut être obtenue gratuitement et dans les trois langues auprès de la Fondation suisse de cardiologie au 0900 553 144 368 ou par email à docu@swissheart.ch.

Ton opinion