Les femmes galèrent pour élever des familles en solo
Actualisé

Les femmes galèrent pour élever des familles en solo

Les familles monoparentales vivent souvent dans la précarité. Caritas exige un soutien ciblé de l'Etat.

En Suisse, la pauvreté touche une famille monoparentale sur quatre. Etude à l'appui, Caritas a montré hier que les parents qui élèvent seuls leurs enfants sont quatre fois plus nombreux que la moyenne de la population à avoir recours à l'aide sociale. Même avec cet appui de la collectivité, il reste difficile de nouer les deux bouts, dénonce l'organisation. La Suisse compte actuellement 160 000 parents élevant seuls leurs enfants. Ils doivent assumer les tâches éducatives, leur activité professionnelle ainsi que les obligations domestiques et administratives. Les familles monoparentales représentent environ 15% des familles. A droite, des voix s'élèvent pour dire que ce n'est pas à la société d'assumer les errements des couples qui ne fonctionnent pas. Mais l'étude souligne que 85% des parents solitaires sont des femmes. Si elles obtiennent la garde des enfants, elles sont exposées à un risque de pauvreté plus important, car elles «continuent d'être moins bien rémunérées que les hommes». Beaucoup d'entre elles travaillent à temps partiel. Caritas émet donc une série de revendications pour sortir les familles monoparentales de la pauvreté. Elle demande notamment de réformer le système fiscal, afin de mieux tenir compte du coût des enfants. Et d'instaurer des prestations complémentaires, selon le modèle tessinois.

(Martial Messeiller)

Ton opinion