Genève: Les femmes mobilisées malgré le coronavirus
Actualisé

GenèveLes femmes mobilisées malgré le coronavirus

Des événements décentralisés auront lieu le 8 mars afin de marquer la journée de la lutte pour le droit des femmes.

par
Maria Pineiro
Le 8 mars, il n'y aura pas de vague violette, coronavirus oblige.

Le 8 mars, il n'y aura pas de vague violette, coronavirus oblige.

Keystone/Martial Trezzini

Le 8 mars, journée de la lutte pour le droit des femmes, il n'y aura pas de marée violette dans les rues genevoises. Et pour cause, les autorisations pour les cortèges prévus ont été révoquées, la faute à l'épidémie de coronavirus et à l'interdiction de tout rassemblement de plus de 1000 personnes. «Cela fait des mois que le collectif travaille sur cette journée, quand nous avons appris l'annulation de nombreux événements prévus, ça a été très dur, a admis jeudi Françoise Nyffeler. Mais nous avons décidé de nous adapter et de maintenir la mobilisation.» Interdictions obligent, la grève des femmes sera démultipliée et décentralisée.

«Nous ne lâchons rien! a-t-elle poursuivi. Le but reste identique: mettre en évidence les tâches accomplies par les femmes, salariées ou non, dimanche ou pas. Visibiliser notamment le travail domestique et les soins prodigués aux proches.» La difficulté de l'exercice a principalement consisté à établir un nouveau programme en quelques jours et à tenir compte de cette limite de 1000 personnes. «La cause féministe mobilise, comme on a pu le voir le 14 juin dernier. Ainsi, lorsque nous appelons à manifester, la présence est importante», a analysé Françoise Nyffeler.

Un programme touffu

Le collectif genevois de la grève des femmes a donc modifié son programme pour éviter toute concentration de personnes. Ateliers, distribution de produits tels que tampons ou conférences débutent dès jeudi soir. Il sera notamment possible de confectionner des torchons militants à suspendre aux fenêtres d'ici dimanche. Pour ce qui est des manifestations à proprement parler, les organisatrices ont privilégié la multiplicité et l'éphémère. Les Grottes accueilleront Lib radio tout au long de la journée. Les émissions permettront de diffuser les revendications et d'informer Plusieurs expositions temporaires auront lieu à des heures surprise, les femmes sont invitées à danser la chorégraphie «Un violador en tu camino» à 15h24. «Nous appelons toutes les femmes à sortir dans la rue et à danser où quelles soient», appelle Cindy Cedeno. Le dimanche matin, des hommes solidaires prépareront un brunch à l'université ouvrière de Genève. Des groupes de joueuses de tambour, tradition des féministes latino-américaines, sont également prévues. Le programme complet se trouve sur la page Facebook de la Grève des femmes.

Le collectif s'est engagé à diffuser des messages de prévention concernant le coronavirus. Marlène Carvalhosa Barbosa a enjoint les personnes à risque à ne pas participer à des événements, les règles d'hygiène seront rappelés et du matériel pour se laver les mains sera mis à disposition dans les lieux fermés. Enfin, les organisatrices veilleront à ce que le nombre de 1000 personnes ne soit pas dépassé. Elle a appelé toutes les participantes à faire preuve de responsabilité individuelle.

«Nous n'allons pas épater par la foule, a conclu Françoise Nyffeler. Mais notre lutte continue toute l'année.» Les organisatrices sont conscientes que les directives de l'Office fédéral de la santé publique peuvent évoluer et se montrent philosophes.

Ton opinion