Suisse: Les Femmes socialistes suisses dénoncent le sexisme
Actualisé

SuisseLes Femmes socialistes suisses dénoncent le sexisme

Celles-ci rappellent que l'Europe n'a pas découvert le harcèlement sexuel à Cologne et appellent à l'action.

Les Femmes socialistes suisses s'appuient notamment sur un sondage, réalisé l'année dernière à Paris, selon lequel «100% des femmes interrogées avaient déjà été harcelées dans le métro».

Les Femmes socialistes suisses s'appuient notamment sur un sondage, réalisé l'année dernière à Paris, selon lequel «100% des femmes interrogées avaient déjà été harcelées dans le métro».

photo: Keystone

Les Femmes socialistes suisses déplorent la récupération raciste des agressions survenues à Cologne et dans d'autres villes européennes. «L'Europe ne s'est pas réveillée le 1er janvier avec un nouveau problème: le sexisme et la violence sexuelle dans les espaces publics sont malheureusement eux aussi ancrés depuis longtemps dans nos moeurs», lit-on dans un communiqué diffusé jeudi.

Pour Cesla Amarelle, vice-présidente des Femmes socialistes suisses, ce sont les agressions et la violence qui doivent être dénoncées. Le communiqué fait référence à une étude menée en 2014 au niveau européen: 33% des femmes de plus de 15 ans ont été victimes de violence physique ou sexuelle au moins une fois dans leur vie, et 22% de la part de leur propre partenaire.

Les autorités pas assez impliquées

«Face à ces réalités, les autorités ne prêtent toujours pas une attention suffisante à la sécurité des femmes. On n'a pas attendu la crise migratoire actuelle pour que se déroulent dans l'espace urbain, en plein jour et à des heures d'affluence, sans que personne ne s'interpose, des viols, des brimades et des violences de rue en tous genres», écrivent les Femmes socialistes suisses.

La lutte contre la violence conjugale, le sexisme ou les harcèlements dans l'espace public est une nécessité, «et pas uniquement lorsque ce sont le fait d'hommes migrants». Les Femmes socialistes suisses se réfèrent également à un sondage, réalisé l'année dernière à Paris, selon lequel «100% des femmes interrogées avaient déjà été harcelées dans le métro». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion