Sport en Suisse - «Les filles rattrapent leur retard sur les garçons»
Publié

Sport en Suisse«Les filles rattrapent leur retard sur les garçons»

La pratique du sport a augmenté chez les 10-19 ans, au moins jusqu’au début de la pandémie. Les garçons sont toujours les plus actifs, mais l’écart avec les filles tend à se réduire.

par
Yannick Weber
Le nombre d’enfants qui ne pratiquent aucun sport est en diminution en Suisse.

Le nombre d’enfants qui ne pratiquent aucun sport est en diminution en Suisse.

Getty Images/iStockphoto

«En termes de pratiques physiques et sportives, les filles et les jeunes femmes ont repris du terrain à leurs camarades masculins.» Le constat, lisible dans le rapport «Sport Suisse 2020» de l’Office fédéral du sport, a réjoui lundi la conseillère fédérale Viola Amherd. «Le sport est une bonne école de vie et une base pour une vie adulte saine», a-t-elle résumé.

Filles au fitness

Le rapport consacre un chapitre aux différences entre filles et garçons. «Si l’on considère les activités sportives dans leur totalité, 43% des filles et 53% des garçons dépassent les 7 heures hebdomadaires. La proportion de 10-14 ans très sportifs (plus de 7 heures par semaine) a progressé de 13 points de pourcentage chez les filles et de 8 points de pourcentage chez les garçons ces six dernières années», y lit-on.

Pour expliquer ce phénomène, le rapport cite notamment «la récente mode du fitness», et constate que la part des jeunes femmes qui ont un abonnement dans un fitness est «nettement plus élevée» qu’en 2014. Dans ce domaine, les garçons ne sont pas en reste. Chez eux, on constate par exemple que la pratique de la musculation est de plus en plus populaire, surtout chez les 15-19 ans.

La santé, la ligne et la compète

Logiquement, lorsqu’on les interroge sur leurs motivations pour faire du sport, les jeunes répondent plus volontiers «pour ma silhouette» avant de sélectionner «parce que j’aime la compétition», par exemple. Mais la principale raison qui pousse les 10-19 ans à bouger est «pour me maintenir en forme», suivie de «pour ma santé» et «pour le bien-être procuré».

Pour le reste des résultats, quasiment tous les signaux sont au vert, alors que la dernière enquête, en 2014, avait laissé entrevoir une tendance à la baisse. «La part d’enfants et d’adolescents ne pratiquant aucun sport a diminué pour atteindre 12% chez les enfants et 18% chez les adolescents», constate la Confédération.

Pas plus d’accidents

Encore plus réjouissant, pour Viola Amherd: plus de la moitié des non-sportifs aimeraient pratiquer du sport ou s’y remettre, invoquant la plupart le manque de temps. L’augmentation de la pratique du sport ne s’est pas non plus accompagnée d’une hausse des accidents et blessures. Enfin, les habitants des villes font de plus en plus de sport, même si l’écart avec ceux des campagnes s’est creusé puisque ces derniers ont encore plus accru leur activité.

Ski, foot, vélo et piscine

Le sport préféré des jeunes Suisses (qui n’est pas forcément le plus souvent pratiqué) est le ski. Chez les 10-14 ans, le ski arrive en tête tant chez les Romands que chez les Alémaniques et les Tessinois. Chez les 15-19 ans aussi, sauf chez les Suisses allemands, qui privilégient alors la natation. Cyclisme, gymnastique et jogging arrivent aussi dans le haut du classement. Chez les plus jeunes garçons, le sport le plus pratiqué reste le football. En comparaison avec il y a six ans, une activité a connu une augmentation notable: la randonnée. Selon le rapport, les adultes, chez qui elle est de plus en plus populaire, ont entraîné avec eux leurs enfants, influant sur les statistiques.

Tout gâché par la pandémie?

Il a été rappelé lors de la conférence de presse que l’étude avait été réalisée avant le début de la pandémie. Or, un récent sondage avait indiqué que les restrictions liées à la pandémie avaient eu un effet délétère, avec 45% des Suisses qui indiquaient que leur pratique du sport avait baissé, même si le sondage ne se concentrait pas que sur les jeunes. Viola Amherd a rappelé que, justement, les restrictions liées au sport avaient été levées en priorité pour les jeunes lors des phases de déconfinement, pour éviter au maximum de les détourner de cet élan sportif dévoilé par l’étude Sport Suisse 2020.

Ton opinion

7 commentaires