Ski alpin: Les filles rongent leur frein
Actualisé

Ski alpinLes filles rongent leur frein

La météo continue de jouer les trouble-fêtes et force les filles à prendre leur mal en patience, à Whistler. Faute d'entraînement, le super-combiné prévu dimanche a été renvoyé à des jours meilleurs.

par
Marc Fragnière
Whistler

« C'est ça le vrai Whistler, a commenté Hugues Ansermoz, le chef alpin des Suissesses. Lorsque j'étais entraîneur au sein de la fédération canadienne, nous sommes venus trois fois ici pour les championnats nationaux. Au final nous n'avions pu disputer qu'une seule descente en tout et pour tout. Ici, il y a souvent de la pluie et la neige est très douce. Ce n'est un secret pour personne. Je suis juste un peu surpris par le fait que cette neige soit si printanière à pareille époque de l'année ». La Française Aurélie Révillet a détaillé l'état des lieux : « Sur le haut, la neige est encore relativement bonne, mais ensuite, il s'agit d'une soupe à gros grains ».

Alors que les annulations se suivent et que les concurrentes sont jour après jour contraintes de ronger leur frein. Les sourires continuaient d'orner les visages de la délégation helvétique. Ansermoz avait candidement confié la veille: « Lorsque la météo était trop mauvaise lors de notre stage estival en Nouvelle-Zélande, on a toujours plaisanté en se disant qu'on préparait Whistler. Alors depuis le temps, les filles savaient à quoi on s'exposait en venant ici. Je pense que ça va nous aider à gérer cette situation ».

Ainsi, au sortir du télécabine, Nadja Kamer préférait positiver après une deuxième annulation: « La seule bonne nouvelle de la journée, c'est qu'on va finalement pouvoir assister à la cérémonie d'ouverture ». Pour sa part le coach en chef espérait que les filles n'allaient pas poireauter une matinée de plus, samedi, pour rien. Son vœu a été exhaussé puisque les instances dirigeantes n'ont pas tarder à prendre la seule décision qui s'imposait : annuler l'entraînement, condamnant de fait la compétition dominicale.

Plus tôt dans la journée, le troisième test des messieurs avait lui aussi passé à la trappe. Des cinq sessions agendées à Whistler depuis mercredi, une seule (l'entraînement messieurs de jeudi) est venue à son terme. Elle a néanmoins été disputée sur un tracé amputé de sa partie finale. Les météorologues sont pessimistes pour ce week-end. Ils n'annoncent aucune amélioration avant lundi. Autant dire que la descente messieurs de samedi risque bien elle aussi de tomber à l'eau.

« Il faut arrêter d'attribuer les Jeux à des stations balnéaires », avait ironisé la veille Denis Masseglia, le Président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) au micro des radios françaises RMC et France Info, tandis que la France soutient la candidature d'Annecy pour les Jeux olympiques 2018. Une phrase que les skieurs alpins pourraient être tentés de reprendre en chœur…

Ton opinion