15.10.2020 à 18:34

GenèveLes fonctionnaires défilent contre «la trahison» de l’État

Ils étaient près de 6000 employés de la fonction publique jeudi dans la rue pour protester contre des mesures d’économie du Conseil d’État qui affecteraient leur rémunération.

de
Leïla Hussein/David Ramseyer

À Genève, près de 6000 personnes, selon la police, ont manifesté jeudi à l’appel du Cartel intersyndical du personnel de l’État et du secteur subventionné. Les fonctionnaires protestaient contre des mesures du Conseil d’État qui péjorent leur salaire. Parti de la place de Neuve, le cortège a rapidement grossi au fil du parcours qui l’a mené à travers les Rues-Basses jusqu’à la promenade Saint-Antoine.

En tête de défilé, le secteur de la santé était massivement représenté. «Applaudies au balcon, demain sous les ponts» ou encore «Soigne et tais-toi!» pouvait-on lire sur les pancartes. Cause principale de leur colère: la baisse de salaire de 1% voulue par le Conseil d’État en raison de la crise et des pertes financières massives du Canton. «Une vraie trahison, estime un anesthésiste des HUG. Nous avons été solidaires, nous avons tout donné pendant la pandémie. On s’imaginait avoir une prime et au lieu de ça, on doit se battre pour éviter une coupe dans nos salaires.»

1 / 6
Le cortège est parti de la place Neuve, a traversé les rues Basses avant de monter en vieille ville pour finalement s’arrêter à la promenade Saint-Antoine.

Le cortège est parti de la place Neuve, a traversé les rues Basses avant de monter en vieille ville pour finalement s’arrêter à la promenade Saint-Antoine.

lhu
lhu
Le secteur de la santé, en tête de file, était massivement représenté. 

Le secteur de la santé, en tête de file, était massivement représenté.

lhu

«Préserver des prestations publiques de qualité»

Les enseignants étaient aussi nombreux dans le cortège. «Les gens pensent qu’on est là pour nos intérêts personnels. Ce n’est pas vrai, on veut préserver des prestations publiques de qualité», assure Priscille, professeure au cycle d’orientation du Sécheron. «On a travaillé d’arrache-pied pendant le confinement», ajoute Waël Almoman, membre de UNION.

D’après le Département des finances qui gère les ressources humaines du Canton, un peu moins de 1700 employés du petit État (soit sans les régies autonomes, telles que les TPG ou les HUG) se sont annoncés en grève, sur quelque 18’000 collaborateurs. Le Cartel se dit «très satisfait de cette belle solidarité et unité» et a déjà prévu une nouvelle journée de grève jeudi 29 octobre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!