France voisine - Les fonds frontaliers sont jugés insuffisants
Publié

France voisineLes fonds frontaliers sont jugés insuffisants

En France voisine, certaines voix s’élèvent pour demander une renégociation des accords car la rétrocession de l’impôt n’est pas jugée suffisante.

Les fonds frontaliers sont notamment utilisés pour financer les infrastructures de transport.

Les fonds frontaliers sont notamment utilisés pour financer les infrastructures de transport.

Fabrice COFFRINI / AFP

Année après année, la rétrocession de l’impôt des frontaliers à leurs communes de résidence bat des records. Pour 2021, 326 millions de francs sont annoncés pour les collectivités concernées, soit une augmentation de plus de 15 millions en 2 ans. Malgré cette hausse régulière, «Le Messager» constate que certaines voix, en France voisine, estiment de ce qu’on appelle les fonds frontaliers sont insuffisants. Ainsi, Michel Charrat, président du Groupement transfrontalier européen, rappelle que l’impôt à la source dépasse un milliard de francs par année. Genève garde ainsi quelque 700 millions.

Christian Dupessey, président du Pôle métropolitain du Genevois français, souligne les besoins en infrastructures de la région frontalière, notamment en termes de transports ou de cohésion sociale. Michel Charrat juge ainsi qu’il faut revoir l’accord liant Genève à la France, qui implique une rétrocession de 3,5% de la masse salariale brute des travailleurs frontaliers. Mais ces négociations doivent être menées par les deux pays et les collectivités locales pourraient ne pas y être associées.

(mpo)

Ton opinion