Votations fédérales - Les footballeurs ont peur pour leurs pelouses
Publié

Votations fédéralesLes footballeurs ont peur pour leurs pelouses

Les paysans ne sont pas les seuls à s’inquiéter des conséquences que pourrait avoir l’initiative qui veut interdire les pesticides de synthèse. Les clubs de foot sont aussi inquiets.

par
nci
L’initiative contre les pesticides pourrait avoir d’importantes conséquences économiques pour les clubs sportifs.

L’initiative contre les pesticides pourrait avoir d’importantes conséquences économiques pour les clubs sportifs.

LMS / Laurent Crottet

Les stades de football et les terrains de golf pourraient ne plus être aussi verdoyants si l’initiative contre les pesticides de synthèse venait à être acceptée le 13 juin. C’est du moins l’hypothèse formulée par «Blick» dans son édition de lundi.

Pour prévenir des terrains endommagés voire inutilisables, certains produits chimiques sont en effet utilisés pour traiter les pelouses sportives. Parmi eux, les fongicides, soit les produits qui luttent contre les champignons. D’autres méthodes comme la radiation UV sont parfois utilisées. Mais leur efficacité n’est pas complète pour contrer une infestation fongique, réagit David Gadze, porte-parole médias du FC Saint-Gall. Dans les stades, les conditions estivales sont d’ailleurs idéales pour les nuisibles.

«Un désastre pour le football»

«L'initiative sur les pesticides serait un désastre pour le football», craint ainsi Eric Hardman, planificateur d’installations sportives et responsable des installations sportives de la Ville de Bâle pendant plus de vingt ans. Il alerte sur les conséquences économiques et écologiques d’un tel projet. Pour remplacer les pelouses endommagées, l’herbe doit parfois être ramenée d’autres pays en camion, précise-t-il.

Que veut l’initiative ?

L’initiative vise l’interdiction des pesticides de synthèse en Suisse, dans un délai de dix ans. De nombreux domaines sont concernés: l’agriculture, la production, la transformation et l’importation des denrées alimentaires, l’entretien des espaces verts publics et des jardins privés et la protection d’infrastructures telles que les voies de chemin de fer. Le comité d’initiative insiste sur le fait que les pesticides de synthèse sont dangereux pour la santé et pour l’environnement. Le Parlement et le Conseil fédéral, quant à eux, appellent à rejeter l’initiative, car «elle affaiblirait l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires produites en Suisse et réduirait le choix de denrées alimentaires importées».

Ton opinion

205 commentaires