Mécontentement: Les forains menacés par l'aménagement de la rade à Genève
Actualisé

MécontentementLes forains menacés par l'aménagement de la rade à Genève

La décision prise mardi soir par le Municipal de déplacer les glaciers au bord du lac pénalise les manèges.

par
Didier Tischler

«On doit juste fermer nos gueules.» Fataliste, ce forain genevois a pris acte de la décision politique qui, selon lui, entraînera la disparition partielle des gros manèges autour de la rade. «Les Fêtes de Genève seront minuscules, prédit-il. Les glaciers du bord du lac ne permettront plus l'installation d'autres métiers en aussi grand nombre que par le passé.» Mis devant le fait accompli, cet autre forain regrette qu'à chaque décision «personne ne nous consulte».

Christian Colquhoun se veut plus rassurant. «Nous avons pris acte de la décision, commente le directeur des Fêtes de Genève . Nous attendons une concertation avec la Ville afin de dessiner les plans.» Pour Rémy Pagani, le conseiller administratif responsable de l'Aménagement, les choses sont claires: «La place libérée par les glaciers sera disponible pour les forains. Pour les Fêtes de Genève, nous leur louons l'espace public. Les plans peuvent être consultés à mon bureau.»

Mais le courroux des forains ne s'arrête pas là: dès le mois de mai, et jusqu'en décembre 2010, les travaux de réfection les empêcheront aussi de s'installer sur la plaine de Plainpalais. «Nous ignorons toujours où nous irons», s'inquiète le forain. Seule certitude, une rencontre avec le conseiller administratif Pierre Maudet, responsable de l'Environnement urbain, est programmée le mois prochain.

La fin des Ferrazinettes

Les pavillons glaciers de la rade seront déplacés plus près du lac. Le Conseil municipal a voté un crédit de 1,4 million de francs allant dans ce sens. Les travaux doivent avoir lieu avant l’été 2009. Le parlement de la Ville a ensuite annulé un crédit de 3,7 millions qu’il avait accepté en octobre 2006 en vue de remplacer les pavillons. A l’unanimité, le Municipal est revenu sur sa décision, mettant ainsi un coup d’arrêt définitif aux «Ferrazinettes».

Ton opinion