Des morts en Libye: Les forces de Kadhafi ouvrent le feu à Tripoli
Actualisé

Des morts en LibyeLes forces de Kadhafi ouvrent le feu à Tripoli

Les forces de Mouammar Kadhafi ont ouvert le feu pour disperser une manifestation lundi dans le quartier Tadjoura de Tripoli.

Plusieurs personnes ont été tuées et d'autres blessées, rapporte le quotidien libyen Kourina dans son édition en ligne.

La manifestation rassemblait près de 10'000 participants, selon un correspondant du journal. «Quand les manifestants ont atteint le souk Djouma, ils y ont été rejoints par des hommes armés du bataillon de Kadhafi qui étaient habillés en civil et ont ouvert le feu sur des jeunes non armés (...) Beaucoup de ces jeunes ont été blessés et tués», ajoute-t-il, se référant à un marché de Tripoli.

«Les hommes armés ont ensuite emmené les morts, les blessés et même des passants qui étaient près des blessés», selon Kourina, dont les informations n'ont pu être vérifiées.

Selon des habitants, ce quartier de l'est de la capitale a déjà été le théâtre de plusieurs affrontements.

Dans la journée, une journaliste de Reuters à Tripoli a rapporté que les forces de sécurité avaient tiré en l'air pour disperser quelque 400 manifestants hostiles à Mouammar Kadhafi rassemblés à Tadjoura.

Les protestataires ont scandé des slogans hostiles au Guide libyen et déployé le drapeau vert-noir-rouge adopté comme symbole de la rébellion contre le régime de Kadhafi. Plusieurs véhicules 4X4 ont ensuite fait irruption sur la place où se tenait la manifestation. Leurs occupants, coiffés de bandanas verts, couleur du drapeau national libyen, ont sauté dehors et tiré en l'air.

Deux habitants interrogés séparément ont rapporté que quatre manifestants avaient été tués dimanche soir par des hommes de Kadhafi au cours d'une manifestation analogue. «Les miliciens de Kadhafi tiraient à l'aveuglette», a dit un informaticien du nom de Mohamed.

Le vice-ministre libyen des affaires étrangères Khaled Kaïm a pour sa part assuré que le gouvernement de Mouammar Kadhafi tenterait d'établir un dialogue avec les villes aux mains des insurgés avant de recourir à la force.

Prié de dire si le régime du colonel Mouammar Kadhafi pourrait faire usage de la force pour reconquérir les agglomérations contrôlées par les rebelles, il a répondu: «Nous attendrons jusqu'à ce que tous les autres moyens soient épuisés. «Dans cette dernière hypothèse, nous aurons alors recours à une force très maîtrisée conformément au droit international», a-t-il dit devant la presse.

(ats)

Ton opinion