Actualisé 04.07.2011 à 13:37

Syrie Les forces de sécurité entrent dans Hama

Des militaires et des policiers syriens sont entrés de force lundi dans plusieurs habitations à Hama, où des milliers de gens sont descendus dans les rues pour défier le régime de Bachar al Assad.

«Au moins trente autocars transportant des militaires et des agents de la police secrète sont entrés dans Hama ce matin (lundi). Ils tirent au hasard dans des quartiers résidentiels», a indiqué dans la matinée un commerçant interrogé au téléphone par Reuters.

Cet homme dit avoir vu plusieurs dizaines de militaires encercler une maison dans le quartier de Machaa et procéder à des arrestations. Les manifestants ont scandé dans les rues «Dieu est le plus grand», malgré la répression engagée dans cette ville.

«Plus de 20 personnes ont été arrêtées, les habitants ont riposté en lançant des pierres et en brûlant des pneus», a précisé le chef de l'Observatoire syrien des droits de l'homme, Rami Abdel Rahmane.

Hama avait connu en 1982 un soulèvement du mouvement interdit des Frères musulmans contre le régime de Hafez al-Assad, père de Bachar. La fronde avait été réprimée au prix de 20'000 morts.

A Idleb, Nassib et Damas

Huit personnes auraient également été blessées lundi au cours d'une opération militaire dans le gouvernorat d'Idleb, à la frontière turque. «L'armée a pris d'assaut à l'aube le village de Hass et est arrivée aux abords de Kfar Noubel. Elle a contrôlé la localité voisine de Kafr Roma et les soldats sont déployés entre Hass et Kfar Noubel», ont indiqué des militants.

Les forces de sécurité syriennes auraient encore procédé à des perquisitions dans le village de Nassib dans le gouvernorat de Deraa (sud), là où est née la contestation contre le régime du président al-Assad le 15 mars, selon des militants des droits de l'homme. «Quatorze personnes ont été arrêtées dans ce village à la frontière avec la Jordanie, lors d'une campagne lancée tôt lundi par la sécurité syrienne», a indiqué un militant.

En outre, dimanche soir, deux civils auraient été tués et huit autres blessés à Hajar Assouad, dans la province de Damas, par des tirs des forces de sécurité qui dispersaient une manifestation, selon Rami Abdel Rahmane. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!