Actualisé 23.03.2016 à 11:30

Guerre en SyrieLes forces du régime à l'entrée de Palmyre

Les troupes de Bachar el-Assad, appuyées par l'aviation russe, se trouvaient mercredi à l'entrée de la ville antique.

1 / 20
08.06.16 Dans une vidéo de propagande, l'EI menace de détruire les célèbres pyramides de Gizeh.

08.06.16 Dans une vidéo de propagande, l'EI menace de détruire les célèbres pyramides de Gizeh.

27.03 Le chef des Antiquités de Syrie estime qu'il faudrait cinq ans pour restaurer la cité antique. «Il y a d'autres priorités avant de reconstruire des ruines», a réagi une experte de l'Unesco.

27.03 Le chef des Antiquités de Syrie estime qu'il faudrait cinq ans pour restaurer la cité antique. «Il y a d'autres priorités avant de reconstruire des ruines», a réagi une experte de l'Unesco.

AFP/Maher al Mounes
27.03 L'armée syrienne, appuyée par l'allié russe, a repris le contrôle de la cité antique après en avoir chassé les jihadistes de l'EI.

27.03 L'armée syrienne, appuyée par l'allié russe, a repris le contrôle de la cité antique après en avoir chassé les jihadistes de l'EI.

AFP/Stringer

Les forces du régime syrien veulent reprendre cette ville à l'Etat islamique.

«Les forces du régime sont désormais à deux km du côté sud de la ville et à 5 km du côté ouest», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie. D'après cette ONG, l'armée «a avancé après avoir pris la colline d'al-Hiyal située du côté sud-ouest et qui surplombe Palmyre», tombée aux mains des djihadistes de l'EI il y a près d'un an.

Appuyée par l'aviation russe, l'armée a débuté le 7 mars une bataille pour reprendre la ville inscrite par l'Unesco au patrimoine de l'Humanité et prise par l'EI en mai 2015. Depuis sa prise de contrôle, le groupe extrémiste y a détruit de nombreux trésors archéologiques comme le célèbre Arc de Triomphe, les temples de Bêl et de Baalshamin ou encore des tours funéraires symboles de l'essor de cette ville dans les premiers siècles après Jésus-Christ.

Cette bataille est capitale pour le régime car une prise de la zone de Palmyre lui permettrait de reprendre le désert syrien et de parvenir plus à l'est à la frontière avec l'Irak, contrôlée par les djihadistes. En perdant la 'badiya' (le désert) s'étendant entre Palmyre et la frontière irakienne, soit une superficie de 30.000 km2, l'EI verrait le territoire syrien qu'il contrôle reculer à 30% contre 40% actuellement, selon les esitmations de l'OSDH. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!