Actualisé 14.10.2015 à 06:39

Scandale Volkswagen

Les fournisseurs entre attentisme et incertitudes

Trois semaines après le début du scandale des moteurs diesel truqués de VW, fournisseurs et équipementiers allemands se doutent bien qu'ils seront en première ligne.

1 / 85
14.09 En Suisse, la très grande majorité des propriétaires des véhicules Volkswagen concernés attendent toujours des informations et le rappel pour la mise à jour du logiciel défectueux. Seules 16'000 voitures sur 175'000 au moteur truqué ont été remises en état dans le pays.

14.09 En Suisse, la très grande majorité des propriétaires des véhicules Volkswagen concernés attendent toujours des informations et le rappel pour la mise à jour du logiciel défectueux. Seules 16'000 voitures sur 175'000 au moteur truqué ont été remises en état dans le pays.

Keystone
20.07 Le groupe automobile allemand Volkswagen a fait état de performances meilleures qu'attendu au premier semestre et ce malgré de nouvelles provisions liées au scandale des moteurs truqués.

20.07 Le groupe automobile allemand Volkswagen a fait état de performances meilleures qu'attendu au premier semestre et ce malgré de nouvelles provisions liées au scandale des moteurs truqués.

© Damir Sagolj / Reuters
09.07 Le constructeur automobile Volkswagen est menacé de devoir payer également en Allemagne une forte amende après l'ouverture d'une nouvelle enquête par la justice au sujet de ses voitures diesel aux moteurs truqués, rapportent samedi des médias allemands.

09.07 Le constructeur automobile Volkswagen est menacé de devoir payer également en Allemagne une forte amende après l'ouverture d'une nouvelle enquête par la justice au sujet de ses voitures diesel aux moteurs truqués, rapportent samedi des médias allemands.

AFP/Patrick Pleul

Selon une information du quotidien «Handelsblatt», qui cite des sources proches de l'entreprise non identifiées, le géant automobile prévoit d'économiser 3 milliards d'euros (3,27 milliards de francs) par an sur le dos de ses fournisseurs, au premier chef les équipementiers. Volkswagen a refusé de commenter cette information.

Lorsque mardi l'équipementier Leoni revoit à la baisse sa prévision de chiffre d'affaires et de marge pour l'année en cours, en expliquant que «les ventes auprès de certains clients ne seront vraisemblablement pas au niveau prévu jusqu'ici», la tentation est grande de faire le lien entre les deux informations.

Mais le spécialiste des équipements de tableau de bord réfute cette interprétation, qualifiée de «spéculations». «L'affaire Volkswagen n'a rien à voir avec la correction de nos prévisions», a affirmé Sven Schmidt, porte-parole du groupe. Celui-ci n'a constaté «aucun impact sur les mouvements d'affaires avec ce client».

Facteur d'incertitude

Cependant, reconnaît Leoni, le scandale induit «un facteur d'incertitude qui affecte la solidité de notre planification». A la Bourse de Francfort, l'action Leoni a perdu un tiers de sa valeur mardi, entraînant d'autres équipementiers comme Rheinmetall dans sa chute.

Après l'aveu que 11 millions de véhicules dans le monde étaient équipés d'un moteur diesel truqué, capable de fausser les résultats des tests antipollution, le groupe Volkswagen va faire face à des milliards d'euros de coûts de rappels et de litiges juridiques. La firme va devoir se serrer la ceinture.

Opportunités pour la concurrence

La marque VW, l'une des 12 marques que chapeaute le groupe, a déjà annoncé une réduction «d'un milliard d'euros par an» de ses investissements. Elle n'a toutefois pas indiqué le montant initial.

Dès vendredi, la fédération des négociants allemands de métaux (VDM) avait tiré la sonnette d'alarme, déplorant «des reports, voire parfois des annulations pures et simples des volumes contractuels». Son président VDM s'est inquiété d'une possible «diminution des commandes de l'ordre de 10%». Les équipementiers automobiles sont de gros consommateurs de métaux.

A l'instar de Leoni, les fournisseurs du mastodonte automobile soutiennent qu'il est encore trop tôt pour déceler, voire anticiper, de possibles répercussions économiques. Et ils se rassurent en indiquant que les difficultés de Volkswagen pourraient se transformer en opportunités pour ses concurrents. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!