Actualisé 21.08.2008 à 06:18

Rentrée scolaireLes fournitures scolaires toujours plus chères pour les parents

Entre le cartable dernier cri et les stylos indispensables, les parents passent à la caisse à l'heure de la rentrée scolaire. Et certains trouvent les prix trop élevés.

«Maman, on peut acheter ça?» La scène se passe dans le rayon dédié à la rentrée scolaire d'un grand centre commercial lausannois. Chaque année à la même période, c'est le traditionnel rituel des achats de fournitures scolaires. Et comme chaque année, l'exercice ponctionne les porte-monnaie des familles.

«Nous en avons eu pour 101 francs, c'est raisonnable», confie Gabriele. Accompagnée de ses deux filles, cette maman s'est contentée du strict nécessaire. «Chaque année, les prix augmentent: 1 franc pour les stylos», constate-t-elle. «Et le problème, ce sont les marques. Les enfants sont inconsciemment dirigés vers elles. Il y a par exemple ces sacs Eastpak. Ils ne sont pas du tout confortables et très chers. Et pour les élèves, il faut un sac de cette marque.» Mais Gabriele peut compter sur des filles très raisonnables. «Je voulais un stylobille. Mais il était super cher.», acquiesce Diman, 12 ans. Cette année, elle va passer en 7e. Elle se contentera d'un stylobille meilleur marché et d'une plume.

«Mon fils veut un sac à dos»

Le cartable et le sac à dos représentent le plus gros achat et grèvent les budgets. Dans ce magasin lausannois, il faut compter de 40 à 50 francs pour un sac à dos ou un cartable «Maya l'abeille». Un sac en tissu rose est affiché à 69 francs 90. Majid accompagne son fils Yassine, 10 ans et demi. Il va rentrer en cinquième. «Il veut un sac à dos, raconte Majid. Il dit que les cartables, c'est pour les petits». Bon élève, Yassine aura droit cette année à un sac noir du plus bel effet. «J'ai prévu un budget de 200 francs pour sa rentrée scolaire», estime ce papa.

D'autres se contenteront d'un budget plus modeste. Comme Tiffany, 15 ans. Elle va entrer en première année de gymnase. «Je regarde ce qui me plaît. Mais tout est un peu cher», confie l'adolescente. «Comme nous sommes obligés d'acheter deux sacs cette année, ça va vite. On regarde au plus bas», avoue sa maman. Entre le strict nécessaire (cahier, stylos, crayons, gomme, agenda, classeur) et le superflu, les budgets peuvent parfois exploser.

Didier Bender

Des chèques-familles distribués dans certaines villes

Après Martigny l’an dernier, Sion a, à son tour, lancé cette année une «action rentrée scolaire 2008-2009». Les familles toucheront 2 chèques de 50 francs pour du «matériel scolaire», ainsi que 2 chèques «sport et culture» de 50 francs, à faire valoir auprès d’une association sportive ou à utiliser dans le cadre d’un programme culturel.

«Cette aide risque peut-être d’inciter des enfants à pratiquer une activité sportive», souligne-t-on à la Municipalité sédunoise. La capitale enregistre plus de 3300 élèves. Le montant de son action se monte à près de 700'000 francs.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!