Actualisé 09.11.2006 à 15:30

Les Français ont failli ouvrir le feu sur des avions israëliens

Des soldats français ont été «à deux secondes» d'ouvrir le feu récemment contre des avions israéliens au Liban, selon la ministre française de la Défense.

Paris a convoqué l'ambassadeur de l'Etat hébreu pour ces violations de l'espace aérien libanais, qui se sont poursuivies jeudi.

Des avions israéliens ont à plusieurs reprises adopté des «attitudes hostiles» envers les forces françaises de la FINUL, la force internationale de l'ONU au Liban, a indiqué mercredi soir Michèle Alliot-Marie devant les députés français.

«Des F15 se sont présentés en piqué, puis en redressement immédiat, c'est-à-dire une posture d'attaque», a affirmé Mme Alliot- Marie, qui a jugé pareille action «intolérable». L'incident s'est produit le 31 octobre, selon son ministère, sans préciser la localisation de la position terrestre française.

«Caches» retirés

«Une catastrophe a été évitée de justesse par nos militaires», a insisté la ministre. «En légitime défense, nos militaires ont retiré les caches de la batterie de missile, et à deux secondes près, ils tiraient contre les avions qui les menaçaient». L'armée israélienne a pour sa part affirmé jeudi ne pas avoir connaissance d'un tel incident.

Le ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a convoqué jeudi matin l'ambassadeur d'Israël en France, Daniel Shek, pour lui faire part de la «grave préoccupation» de la France face à la poursuite des survols israéliens. Le ministre a jugé «essentiel que les autorités israéliennes fassent cesser de tels actes», a indiqué le Quai d'Orsay.

Nouveaux survols

Un appel qui n'a pour l'instant pas été entendu. Douze chasseurs bombardiers israéliens F-16 ont en effet violé jeudi vers midi l'espace aérien libanais, a annoncé l'armée libanaise.

Ces appareils ont survolé à haute altitude la localité côtière de Naqoura, dans le sud du pays, quartier général de la FINUL, près de la frontière avec Israël. Ils ont par la suite survolé des régions du Liban sud avant de passer à basse altitude au-dessus de Baalbeck (est).

La communauté internationale a sévèrement critiqué la poursuite des violations israéliennes de l'espace aérien libanais, malgré la fin des hostilités entre l'Etat hébreu et le Hezbollah chiite, le 14 août après un mois de guerre.

Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, avait affirmé que les survols étaient nécessaires pour empêcher des trafics d'armes au profit des combattants du Hezbollah. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!