Guerre en Ukraine : Les frappes russes de lundi «pourraient avoir violé» le droit de la guerre

Publié

Guerre en Ukraine Les frappes russes de lundi «pourraient avoir violé» le droit de la guerre

Les bombardements russes de lundi «pourraient avoir violé» le droit de la guerre et représenter des crimes de guerre si les cibles civiles «ont été visées intentionnellement», a affirmé l’ONU mardi. 

L’ONU est «gravement préoccupée par le fait que certaines des attaques semblent avoir ciblé des infrastructures civiles essentielles.» 

L’ONU est «gravement préoccupée par le fait que certaines des attaques semblent avoir ciblé des infrastructures civiles essentielles.» 

AFP

«Nous demandons à la Russie de se refréner devant toute escalade» de la violence après les bombardements russes de lundi qui ont visé plusieurs villes en Ukraine, a déclaré la porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme Ravina Shamdasani, lors d’un briefing de l’ONU à Genève, mardi. Elle s’est particulièrement inquiétée des cibles visées – des objectifs civils – ainsi que de l’heure de grande affluence choisie pour bombarder les objectifs en Ukraine.

«Cibler des attaques directement contre des civils et des infrastructures civiles – c’est-à-dire qui ne sont pas des objectifs militaires – est un crime de guerre», a-t-elle souligné. Selon le bilan du Haut-Commissariat, au moins 12 civils ont été tués et plus d’une centaine blessés. 

Possibles violations du droit international

«Nous sommes gravement préoccupés par le fait que certaines des attaques semblent avoir ciblé des infrastructures civiles essentielles. De nombreux biens civils, dont des dizaines de bâtiments résidentiels et d’infrastructures civiles vitales – parmi lesquels au moins 12 installations énergétiques – ont été endommagés ou détruits dans huit régions, ce qui indique que ces frappes pourraient avoir violé les principes sur la conduite des hostilités en vertu du droit international humanitaire», a insisté Ravina Shamdasani. 

Inquiétudes avant l'hiver

Les dommages causés aux principales centrales et lignes électriques avant l’hiver «soulèvent de nouvelles préoccupations pour la protection des civils et en particulier l’impact sur les populations vulnérables», a-t-elle ajouté. Les missiles, roquettes et drones russes se sont abattus sur l’Ukraine en représailles de l’attaque, «terroriste» selon Vladimir Poutine, qui a partiellement détruit le pont reliant la Russie à la Crimée annexée en 2014.

Le dernier bilan ukrainien fait état de 19 morts et 105 blessés dans le pays. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit participer mardi à la réunion virtuelle d’urgence du G7 prévue à partir de 14h sur le sujet.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

(AFP)

Ton opinion

366 commentaires