Prévoir l’avenir en jouant – Les gamers doivent aider la Suisse à avoir un système énergétique stable

Publié

Prévoir l’avenir en jouantLes gamers doivent aider la Suisse à avoir un système énergétique stable

Un projet scientifique sur la fiabilité de l’approvisionnement énergétique de la Suisse veut utiliser un jeu vidéo pour étudier le comportement des gens en la matière. Car les joueurs réagissent différemment des chercheurs.

par
Jan Graber
A quoi pourrait ressembler un système énergétique résilient à l’avenir? Une équipe de chercheurs veut le découvrir, notamment grâce à un jeu.

A quoi pourrait ressembler un système énergétique résilient à l’avenir? Une équipe de chercheurs veut le découvrir, notamment grâce à un jeu.

Getty Images/iStock

Les jeux vidéo sont avant tout une source de plaisir. Ils doivent leur succès à un doux mélange entre défi, récompense et humour. Une industrie de plusieurs milliards de dollars se cache derrière ces mondes en pixels.

Mais le caractère divertissant et ludique des jeux peut également être mis à profit dans des domaines plus sérieux, comme le prouvent les serious games, aussi bien utilisés à l’école que pour susciter la motivation lors d’exercices thérapeutiques pénibles ou pour acquérir des connaissances sur le comportement humain.

Pour la recherche, les serious games sont surtout intéressants dans le cadre de sondages et d’enquêtes: les spécialistes ont constaté que les gens se montrent plus honnêtes lorsque les réponses sont obtenues par le biais d’un jeu que lorsqu’elles sont récoltées par écrit.

Construire un système énergétique stable en jouant

C’est ce que souhaitent également utiliser Tom Kober, responsable du groupe Économie de l’énergie au Laboratoire d’analyse des systèmes énergétiques de l’Institut Paul Scherrer (PSI), et Rolf Krause, directeur de l’Institut interdisciplinaire Euler, à l’Università della Svizzera italiana (USI). Avec l’aide d’une équipe de chercheurs, ils travaillent sur le projet SURE (SUstainable and Resilient Energy for Switzerland) afin de développer le thème de l’approvisionnement en énergie et de sa sécurité.

Cette étude porte sur l’avenir énergétique 2050, et notamment sur la résistance du système énergétique si de nombreux acteurs (centrales électriques, centrales éoliennes, exploitants privés d’installations solaires, etc.) devaient s’en mêler. Un serious game sera intégré dans cette recherche. Les joueurs devront participer à la conception d’un réseau énergétique stable – en mélangeant notamment de l’énergie hydraulique, éolienne, solaire et nucléaire.

But des participants: construire un système aussi robuste que possible, même si des catastrophes se produisent sporadiquement.

Objectif des chercheurs: recueillir des données sur la manière dont les joueurs contribueraient à la conception d’un système et savoir comment ils se comporteraient dans des situations extrêmes.

Les joueurs trouvent-ils de nouvelles solutions?

«Nous souhaitons comprendre la manière dont les gens réfléchissent en matière d’énergie et comment ils réagissent, explique Rolf Krause. Il se peut aussi qu’un joueur trouve une solution à laquelle nous n’avions pas encore pensé. Un système énergétique comporte trop de paramètres et de combinaisons pour que l’on puisse tous les couvrir à nous seuls.» Les experts sont également en quête d’apports et de solutions plausibles qui ne sont pas uniquement le fruit de la réflexion de chercheurs. Le jeu doit en outre sensibiliser le public à cette thématique.

Le jeu n’est pour l’heure qu’un concept. Il n’a d’ailleurs pas encore reçu de nom. Autre incertitude: on ne sait pas encore si, en plus des informaticiens des instituts et de l’USI, il sera possible de faire appel à un studio de jeu professionnel pour sa création. «Le projet durera six ans», souligne Tom Kober. Les développeurs prévoient un premier prototype jouable en 2023.

Le projet SURE

Le projet de recherche SURE (SUstainable and Resiliant Energy for Switzerland), dirigé par l’Institut Paul Scherrer (PSI), a démarré en mai 2021. SURE a été retenu parmi quatre consortiums dans le cadre d’un appel d’offres de l’Office fédéral de l’énergie destiné à étudier l’approvisionnement futur de la Suisse en énergie garantie et durablement disponible. Les recherches portent également sur la manière dont le système énergétique helvétique pourrait évoluer et sur sa capacité de résistance à d’éventuels chocs et crises. Des chercheurs de dix institutions participent à ce projet qui s’étendra sur six ans.

Ton opinion