Actualisé

sexeLes garçons ne se protègent pas assez

Trois garçons sur dix n'utilisent pas de contraceptif au cours de leurs rapports, selon une enquête française parue lundi.

par
mag

«Les garçons pensent que c'est une question typiquement féminine et ont encore du mal à se sentir concernés par la contraception», relève Isabelle, animatrice au planning familial.

L'enquête nationale réalisée par l'Union nationale des mutuelles étudiantes régionales (Usem) relève que si neuf étudiants sur dix affirment se protéger lors de leur premier rapport, ils deviennent moins vigilants par la suite: Seuls sept sur dix continueraient d'utiliser le préservatif.

«les garçons se désinvestissent de la question, a expliqué Benjamin Chkroun, délégué général de l'Usem, au Figaro. Entre le premier rapport et les autres, ils sont plus nombreux à oublier de se protéger que les filles. Ils font souvent confiance à leur partenaire sous pilule et pensent que le préservatif est de toute manière moins efficace».

Contraception d'urgence et suivi gynécologique

Plus conscientes des risques, les jeunes filles sont quand-même 36% à avoir déjà eu recours à une contraception d'urgence. 18 % dans le cas d'un accident de présérvatif, 14 % à cause d'un oubli de pilule et 10 % parce qu'elles avaient choisi de ne pas se protéger.

Seulement la moitié des étudiantes consulte un gynécologue régulièrement. Pour Cédric Chevalier, président de l'Usem, «la création d'un bilan gynécologique doit être pris en charge à 100% par l'assurance maladie». L'objectif serait ainsi d'«offrir aux jeunes femmes un suivi personnalisé, afin de limiter les échecs contraceptifs».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!